Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/34

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Tu veux bien que je couche une chaise auprès des tiennes ?…

Ainsi fis-je. En même temps je m’approchai de sa compagne, je m’inclinai :

— Présente-moi, mon cher !…

Force lui fut de m’obéir, sous peine de grossièreté. Une personne terne, en jaquette brune, était l’épouse du docteur. Une vieille dame à l’air viril, et qui maniait une trousse de vermeil, c’était madame La Revellière, mère du député centre gauche, feu La Revellière. La Parisienne admirable était madame Hélène, sa bru. Une fillette grave, au nœud Velasquez parmi la chevelure, était sa petite-fille. Dans le Nord, j’avais eu l’honneur, autrefois, d’assister à un festin d’agriculteurs protectionnistes que présidait La Revellière. Il appartenait à la célèbre famille parlementaire qui, depuis le Directoire, fournit deux sénateurs et quatre députés aux différents régimes. Je n’oubliai pas de rappeler cette circonstance en égalant la descendance de La Revellière-Lepeaux à celles des Carnot et des Casimir-Perier. Il est bon d’agiter tout d’abord les hochets de la flagornerie.

— Mais, — insinua Goulven, sur un ton d’impatience, — avant de dîner, nous voudrions faire quelques pas dehors.

— Ces dames souffriraient-elles que je les accompagne ?… J’ignore tout de ce pays. Toi seul peux m’initier aux pieux mystères de l’Armorique ! — suppliai-je avec une bonne humeur gentiment irrévérencieuse.

Innocemment Mme Goulven s’empressa de me convier. La magnificence de mon pardessus et la déférence de mes manières la séduisaient. Je compris