Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/339

Cette page n’a pas encore été corrigée


334 LE sEm>EN·r Nom sombre. Il se massait vers la modeste église, centre du vallon tout retentissant de musiques barbares, de pétards enflammés, de cris charretiers, d‘appe1s et de cantiques· Dix mille Bretons se pressaient la. Plus loin, on cuisinait autour de bivouacs, sur la lande. On mangeait par groupes, en attendant l’heure de la procession. Des oriflammes, voltigeant à plu- —_ sieurs mâts, jalonnaient son itinéraire prochain. Nous escaladàmes la crête des dunes, qui sépare le pays et la mer. Je m’empressai d’y rejoindre madame Hélène, et de lui faire comparer les flots liquides du golfe aux flots humains de la vallée. Thème propice a sa faconde. Ainsi j’échappai momentané- ment aux remontrances de la vertu. L°aversion gran- dissait entre les cousines: il suffisait que j’appro- chasse la veuve pour que l’épouse s’écartât, Soigneux de fuir toute conversation intime, soit avec son amante, soit avec moi, le docteur obéissait aux . lâches appréhensions de son caractère. Il se refusait ` a faire souffrir sa femme en causant avec madame Hé- lène, et celle—ci en amadouant celle-là. Sous prétexte de photographie, il demeurait entre Gilberte et lllm La Bevellière. Si, par hasard, madame Hélèno‘se mêlait de leurs travaux, il se hàtait de faire venir l’épouse pour qu’elle prodiguàt ses avis, et ne se crut pas exclue de l’entrain général. Cette diplomatie leur valait beaucoup de vicissitudes. Lui m’évitait ostensi- blement, par crainte que je ne Pobligeasse encore a la franchise. Mon wattmzm apporta la corbeille du déjeu- ner. Nous nous couchàmes sur les jeunes ajoncs. ` Après la baie violette étendue entre ses collines bleuàtres, brillait, vers l’horizon, un océan de lumière intense, pareille à celle du firmament courbé sur