Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/337

Cette page n’a pas encore été corrigée


— Je la connais bien. Vous ne me ferez pas entendre qu’elle était vicieuse.

— Vicieuse, non. Mais soumise aux forces de la nature qui pousse toute adolescente à l’amour, père des races et des peuples... Écoutez rire celles qu’on courtise derrière ces tombereaux... Écoutez...

— Vous avez corrompu une créature innocente…

— Vous avez a jamais gâché une existence, et condamné cette malheureuse a la maladie, peut—être a la mort.

- Oh! oh!... Mettons que j’ai commis un crime affreux... Et puis... voilà!

·- L’impatience me gagnait. Je prononçai vivement ces derniers mots, malgré mon air affable. M’“° Goulven regimba, e_t le prit d’assez haut. Elle m’invita sur-le-champ à recueillir la pécore, a la faire instruire dans un bon couvent. _

— Vous rèvez. chere madame!... Moi, Guichardot, adopter votre petite bonne ‘?... Ah! la la! ""’”

— Vous préférez la tuer.

—— Ce i1`est pas moi qui la tuerai, mais ses parents.

— Vous n’aimez donc pas Anne-Marie?

— Tenez, chère madame, voici vingt-cinq louis pour elle. Placez-lui cette somme à la caisse d’épargue... Je n’ai jamais donné autant.

Je tirai mon portefeuille. Elle arrêta mon geste, en protestant qu`elle ne se chargeait point de ces commissions—la, et qu’elle me tiendrait pour un méchant homme si je ne réparais ma faute.

Stupéfait de cette audace, je me regardais, moi, mon complet de drap gris, mes bottines de daim gris, `mes ’gants blancs, ma canne de jonc mâle. Avais—je la figure d’un jobard qui adopte les rinceuses de pots—de-chambre? Cette maigre apôtre, aux