Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/329

Cette page n’a pas encore été corrigée


324 LE senruxr nom l’automobile, que déjà regagnaient, en devisant, ses ·cousines et son mari. Sans doute, ayant réfléchi, elle éprouvait le- besoin d’avilir l'instigateur du divorce, pour renforcer les raisons de sa résis- tance. — Savez-vous, — bougonnait—elle, esavez-vous ce que va devenir cette petite demoiselle avenante, si jolie sous les coiffes empesées ‘?... Elle va devenir une mal- heureureuse créature, vêtue de loques,_ chaussée de sabots à clous, souffletée par ses parents, et qu’on enverra travailler dans les confiseries de sardines, pour lui voler son salaire. Treize heures par jour, d’un même geste odieusement machinal, Anne—Marie arrachera les intestins de sept ou huit cents pois? sons... Elle demeurera les pieds dans l’eau, elle s’enrhu- mera, jusqu’à l’heure ou la phtisie la délivrera de ses soufI`rances... Voilà ce que peuvent faire vos baisers, monsieur Guichardot I — Elle a donc pour parents des sauvages?... _ —— Non, des gens pieux, sévères, avares, qui redou- tent l’opiuion des voisins et les remontrances du rec- teur, des âmes endurcies par la peine constante et le travail monotone, des gens rudes pour les autres comme pour eux. J’avais voulu l’enlever à ce milieu, cette petite fille si pres d’être demoiselle. Vous avez détruit mon ouvrage! — J ’en suis désolé... Mais elle ne va pas rester chez. ces brutes-là?... — Jusqu’à vingt et un ans, la loi l’oblige d’y demeurer; et le paysan connaît la loi, surtout quand elle lui assure les salaires de sa ffille... Il la fera. rechercher par les gendarmes, si elle se sauve... D_’ailleurs elle se soumettra, parcefqu`elle n'a pas d’ini-·