Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/323

Cette page n’a pas encore été corrigée


318 ua ssnrsrrr Nom religieusement philanthropique. Il serait lâche de te dérober. Tu entends : ce serait lâche. —— Sophiste, va!... Tu en es toujours aux paradoxes du quartier latin. — Tu dis cela, mais tu penses différemment. Au fond, ta logique renonce ai contredire la mienne. Depuis notre conversation de Carnac, l’autre jour, quand tu as failli t’évanouir, a la nouvelle de ce depart, depuis cette heure-la tu médites sur mes pro- positions. Et, si tu avais plus de courage, tu m’accor— derais que tu les approuves. L’homme est quelque chose qui doit se dépasser. Si tu veux assurer aux générations futures l’immunité contre les maux typhiques, tu dois surmonter ta pitié pour un être faihle et inutile, dont la quiétude est mathématique- ment moins précieuse que le salut des populations exposées à ces maux. — Peut-être. Mais Fefficacité du sérum, ce n’est que l’avenir. La douleur d’Yvonue, c’est le présent. L’un n’est que l’espoir. L'autre est la certitude. — Pas du tout! Tes expériences t’ont valu la certi- tude du résultat. Sans quoi tu ne solliciterais pas la commandite de ma Compagnie. Je te connais, toi! Tu es trop honnête... Oui, oui... Ta femme trouvera, dans sa dévotion, le calme, l’apaisement... Cela aussi est sur... Divorce!... ` — Et comment ?... — Il y a mille manières. Rien n’est plus commode aujourd’hui... Tu as mangé la dot de ta femme, et le patrimoine commun. Voilà le premier grief de la procédure... Dans tes escales au. loin, as·tu toujours été üdèle‘?... Non... Que Mm Goulven en soit avertie, et qu’elle considère cela comme une injure grave...