Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/320

Cette page n’a pas encore été corrigée


' LE sianrnwr Nom 315 souple et sanglée. Les Bretonnes Padmirerent. Le docteur, M“‘° La Revellière la suivaient respectueuse- ment. Domino furetait. Nous reprîmes la mer. Je regardai fuir, derrière le ` môle, les murailles grises et nettes de la Ville Close, les mâchicoulis, les bastions. Aucun de ses arguments n’avait pro·tégé_les vieilles convictions de Mm Goulven contre les attaques de notre morale nouvelle. En cette pieuse épouse, tout était ébranlé de ses' certi- tudes jusqu’alors paisibles et sereines. Non loin de moi, sur la passerelle, elle regardait aussi fuir et s’obscurcir cette forteresse de l’ancien temps, ou elle s’était si mal défendue, elle, la dame de Vertu, la V dame de Piété, la dame de Fidélité. Une force de dévastation avait emporté, lacéré ses devises les plus belles. Maintenant, sur l’inconstance des flots qui secouaient son corps et son cœur, elle chancelait, lamentable, selon le caprice des flots malicieux... Madame Hélène n’osa provoquer une autre discus- _sion ce jour-la. Indéfiniment, nous nous montrames les côtes verdoyantes, les dômes bleuâtres des forêts, les ‘ petites plages blondes ouvertes entre les éboulis de cailloux geants, les anses fendues dans les falaises granitiques et sombres, les pentes rocheuses soule- · vant des landes uniformes et ensoleillées ou paissaient les troupeaux épars. Des mouettes tournoyaient en l’air, se précipitaient, plongeaient au creux des vagues ' lourdes`, puis égouttaient leurs ailes, volaient haut dans la brise saline et la saine odeur de l’eau qui bleuissait, au loin, circulaire, plane, jusqu’a l’horizon blanc. Ensuite la marée charria le yacht à l’embou- chure de l’0det. Nous remontâmes le fleuve doré, nous traversames les lieux où il se fait lac. Notre \