Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/309

Cette page n’a pas encore été corrigée


_ XI Sur l’eau dormante du port, parmi les mats, les ·cordages obliques des barques, s`érige, nette et grise, panachée de bosquets, la Ville Close de _ Concarneau. Des angles -de maçonnerie ancienne l’arment partout, la défendent. Sévèrement elle veille parles lucarnes de ses echauguettes en saillie sur les ' mâchicoulirprèts à vomir le plomb et la-poix fondu_s >oontre les envahisseurs. Rien n’a changé de son as- pect médiéval, de sa défiance prudente servie par les flots qui baignent le pied de ses murailles lisses et mornes, par les masses rondes de ses bastions, par _ la légèreté de ses ponts-levis faciles a dresser aün de rétablir l’abime, entre son îlot ·et le continent: Ces ponts—levis retentissent sous les sabots des filles aux hennins blancs qui se pressent et vont, sans gaieté, le teint mort, comme si la peste et la famine d’autrefois ravageaieut encore le peuple dans les fau- ` bourgs sablonneux de la vieille cité guerrière, dar- dant, telle une lance, la pointe de son clocher bleuatre. Avec leurs robes longues et leurs coiffes de bonnes