Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/303

Cette page n’a pas encore été corrigée


998 LE saumur Nom -—- J’aurais voulu laisser aux gens du troupeau l’hypocrisie..'. Et vous?... -- interrogea madame Hé- lène, prête à pleurer. —— Moi? Je ne pourrais dissimuler que peu de temps. Le masque du mensonge me brûlerait la face... Vous avez raison. Ah! que je vous aime davantage pour cette délicatesse!... Tu vois, Gui—_ chardot : il y avait un motif de notre silence, de notre prudence... J ’éclatai de rire, fort irrevérencieusem ent. — Enfin nous ne pouvons pas, Hélene et moi, jouer les adultères de vaudeville!... — Je ne puis être une parente odieuse qui trahit sa parente, qui, sournoise et furtive, lui dérobe son honneur par un larcin ignoble?... Voyons, monsieur Guichardot?... · i -- Allez, allez toujours... Vous m’amusez... — Mais que deviendrai—je aux yeux de Jean Goulven, moi? -— demanda madame Hélène. - Un être abaissé, capable de vilenie pour contenter un désir, un instinct. Est-ce cette femme-la que vous aimeriez toujours, vous, Jean Goulven? Non, vous l’aimerez un temps, et puis vous la chasserez! ' — Cependant, — iis—je observer, —— si vous voulez. de l’amour, il faut l’accepter avec ses conséquences. A moins que vous ne partiez ensemble... ·- Je pourrais vous suivre, Hélène, si vous partez... - balbutia le docteur par une sorte de poli- tesse. - Et alors il n’y aura plus ni mensonge, ni. trahison, ni basse_sse... _ Appuyé des deux mains sur le bordage, le dos à la mer, il parla d’une manière saccadée, la bouche sèche et frémissante. Le roulis l’élevait, l’inclinait vers