Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/301

Cette page n’a pas encore été corrigée


  • 296 us sauveur Nom

teur se détendit, se recolora, blemit de nouveau. Il balbutia : - Ce serait insolent et fou de dire ce que j'ima- gine... —— Ce serait simple, naturel, et digne de ta loyauté, mon cher l... Voilà tout ! —— protestai-je. — Moi, — dit courageusement Mm Helène, —— moi je pressens ce que vous devinez de mon cœur... Et vous ne vous trompez pas. Comme elle achevait, un grand frisson la secoua, Ses cils se mouillèrent. Un sourire de victoire éclaira sa ügure attentive. ' Ma corpulence les cachait en partie aux gens de la passerelle. Leurs mains slétiteignirent brutalement. Du ` reste, M'" Goulven veillait à la confection du repas dans le salon d'arriere, car le mousse était inhabile aux soins de la cuisine et de la table. À sa grand’mere, qui la morigénait, Gilberte récitait mal une fable an- - glaise. Quant a moi,_je demeurais stupide. Comment ! C’était vrai! Ces deux serins ne s’étaient jamais dit leur goût réciproque... lls s’c-Etaient contentés de s’éblouir avec des idées éloquentes ou spécieuses, de se frôler ingénument !... Qu‘il en existàt de ce type, encore, je l’ignoraîs... ' Maintenant ils regardaient, silencieux, l’horizon de la mer nacrée et le pullulement des petites voiles, comme si, par delà, leur sort était inscrit sur les nuages rapides. ‘ — Pardonnez<moi, — leur dis-je, — si je ne me retire point. On peut vous épier.., Je vous sers de chaperon. _ — C’est notre ami, — dit madame Hélène au doc- teur.