Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/298

Cette page n’a pas encore été corrigée


, LE SERPENT Nom 293 sur l’avant ou le docteur s’amusait à voir l’éper0n I fendre les vagues, dans l’ombre du beaupré. Nous le surprîmes. Tressaillant, il se retourna. Ses traits se décomposèrent et verdirent,tant il eut d’émo— tion. Il supposait une connivence entre elle et moi pour le contraindre aux franchises dangereuses. A peine sut-il balbutier d’idi0tes réponses, quand je lui eus parlé de la température et du voyage, pour eriorde. On entendait, sur la dunette, Gilberte et . M'" La Revellière se quereller aigrement. A ce pr_o— pos, je le plaisantai : sa jeune disciple n’avait pas encore toute la douceur de caractère qu’il lui prê- chait. Témoin ces répliques impolies dont la brise nous apporta les syllabes nettes. Fort adroitement, _` madame Hélène s’empara de ce prétexte pour diriger I la conversation ou elle voulut : - Ah ! gémit—elle, les maris qui meurent jeunes ! C’est une catastrophe sans remède pour la famille... Je m’en aperçois trop... Il manque à ma fille une vo- lonté ferme qui la dompte, qui puisse arracher, parla violence même, les mauvais sentiments de sa petite âme trouble. Une femme seule, une femme pareille à moi, mesure vite son impuissance devant un carac- tère qui se forme. Celui de mon mari ressuscite à présent dans l’étre de sa fille. C’est la même impa- tience de jouir et de triompher, en dépit de tout. Et je n’ai pas le frein qu’il faut... Que j’aimerais savoir auprès d’elle, toujours, un esprit tel que le vôtre, un esprit de droiture, de loyauté, de science... —- Étes—vous sûre que je réussirais ‘2 — dit-il, en marquant, après ces éloges, plus d’ironie que de gra- titude... Il affecta ia mine bougonne d’un monsieur que les