Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/292

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE snnvnm iyom 287 déterminerait maintenant à. suivre mon avis, si témé- raire qu’il fût. - — Pensez-vous, —— balbutia-t-elle à voix basse, — pensez·vous que j’y puisse quelque chose? _ 5- Vous?... Non... — Non... non, n’est—ce pas‘?Ni moi... nipersonne?... Sa jalousie‘s’alarmait. Elle eut peur qu’à sa place je ne voulusse introduire une nouvelle actrice dans le drame. Je la rassurai. V — Quelqu’un... —- énonçai—je lentement, —- quel- qu’un ne saurait-il persuader à lllm Goulven que l’exis- tence de son mari est dans ses mains, qu’en divorçant elle_le sauve, qu’en le gardant elle le tue?.., Car c’est une chose claire et facile à démontrer. — Yvonne n’aime pas Jean assez pour consentir a un pareil sacriüce... Il faudrait qu’elle eût l’àme des martyres... Elle ne l’a guère... —- Je le crains... Quelle femme aimant son mari, s’arrêterait à une telle résolution?... L’amour est un égoïsme qui saisit un être, l’accapare, le fait sien et ne le restitue qu’à la Mort. , — En effet, elle ne le restituera qu’à la Mort!. — A moins que nous ne convertissions Miee Goul- ven au divorce... Pouvons—nous raisonnablement lui demander de détruire ses chetives espérances, d’ac- cepter la misère et lasolitude ‘?;.. Madame Helène secoua la tête.`Elle fut s’accoudcr` sur la tringle qui servait de garde—f0u. Je ne la suivis point. Nous pénétrions dans la rivière de Vannes, qui est bourbeuse et sans attraits naturels. Le bon sens m’inspira de laisser notre amie se morfondre. A ressasser, de toutes manières, les péri-