Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/289

Cette page n’a pas encore été corrigée


284 LE SERPENT som comme si elle eût encore été une bête ancestrale de sa race, avant la phase humaine de la transformation. ' ·- Qui lui révélerait ça ?... Vous ‘Z... Pour le perdre?... ` —··· Peut-être moi, -— répondis—je froidement, — peut-être vous. Sait-on?... Bien fou qui compte sur sa propre discrétion... Or je passe déjà pour un auda- cieux,`pour un amoml! Je ne veux pas que l’on cla- baudo sur moi dans le milieu des médecins, en me mêlant a une histoire où Goulven semblerait soit la victime, soit le complice de mes ténébreuses. machi- nations... Pardon, pardon, la médisance des hommes est inexorable. Dans `un cas pareil, et quelle quefût notre vertu, la calomnie n’épargnerait ni lui, ni vous, ni moi. — Je n’insiste pas... Je n’insiste plus... ` Je lui étais odieux. S’éloigner de moi lui parut meilleur. Mais quel autre confident rejoindre? S'étant levée, elle revint s‘asseoir, apres quelques pas sur le pont. En ce moment elle résolut d’offrir la somme à sa cousine, qui_l’avait nettement refusée déja. J`arra- ` chai la confession de cette démarche inutile et· fâcheuse. — Oh! elle a de la délicatesse, Yvonne !... Elle fera mourir son mari par délicatesse, cette sainte !. .. Quelle sainte!... C’est a en pleurer. Il lui fallut s’essuyer les yeux. — Vous n’avez aucune chance de voir M¤*° Goulven accepter de l’argent qu’elle sait ètre un don de l’amour. Elle ne voudra jamais. Il lui semblera que vous achetez sa complaisance et son aveuglement! Elle est susceptible et fine. Elle repoussera plus dure- ment votre seconde tentative. `