Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/284

Cette page n’a pas encore été corrigée


. LE siaxrismr dom 279 guide, nommait les rivages, lisait les anecdoteside 'l’histoire. Postés vers l'arrière, nous préferâmes, la belle`veuve et moi, contempler la fuite des pays, le· sillage bruyant du vapeur, les mouvements des flots, et la lumière plus vive du coté de l’0cean. Je tis- quelques compliments jusqu’a ce que je pusse dire: — Si vous partez, je ne tarderai pas non plus... Ces pauvres Goulven vont rester seuls. Elle secoua tristement la tête; puis ses yeux pâli- rent. Une pensée la bouleversa: —-— Vous laisserez, du moins, une bonne espérance au docteur? —- Une vague, une très vague espérance! —- me· · hâtai-je de répondre, et sur un ton qui chassait d’avance toutes les illusions. ·Sa figure se transforma brusquement, et devint telle que ces faces de gorgones hainenses et douloureuses apposees, en mascarons, sur les murs des, palais- anciens. Je démontrai que la Compagnie ne saurait prendre une décision avant dix-huit mois ou deux ans. On attendrait que les expériences fussent plus avan-- cees, plus probantes. C’était, ainsi... ' — Et jusque-là, mon Dieu! que vont-ils faire?... —-Je me le demande!... Ils sont au bout de leur rouleau. C’est votre avis?... Et ce pauvre Goulven qui se déprime ai vue d’oeil l... —Sa figure blemit davantage, d’heure en heure l... —— Oui... Je n’ai voulu rien dire pour ne pas efl`rayer· inutilement sa femme; mais... Les paupières de l’amante rougirent. Ses yeux grossirent comme devant un spectacle atroce, tandis que je disais pourquoi les compagnies d’assurances refuseraient de garantir notre commandite contre-