Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/270

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE saumur mom "265 ` — A quoi bon? — répétai-je en allumant mon cigare. —— Il ne faut pas résister à nos instincts, si leur satisfaction peut servir à. nous augmenter". Or une passion jouée avec une telle partenaire ne man- querait pas d’accroître Vénergie de ton intelligence... — E1 ma femme?... i — C'est une douce personne que je vénère. C‘est · une dévote aux petits soins... Ce n’est pas elle qui peut accroîtredavantage ton intelligence ni ta force de vie. Elle ne Fenseignera plus à te dépasser. Elle a donné toute la mesure de son aide... Et tn languis, pauvre, désolé, ici. Voilà... — Tu—penses?... Je me privaî de répondre, car il cboisissait le ton agressif. Néanmoins. j’étais sûr d’avoir ensemencé, d’une graine fertile, le champ de sa conscience. Elle ne tarderait point a germer. Après un silence, j`estimai _ que ses réflexions devaient, en partie, approuver les miennes. Quelle que fût la gratitude dont il fit, montre envers sa femme, il ne cachait pas entière- ment la satiété d`une longue accoutumance. Lorsque je tlairai l’instant propice, je dis encore 2 - Tu conviendras qu’il sied aux intelligences scientifiques [de mesurer exactement les valeurs des phénomènes, et de leur attribuer une importance pro- portionnelle dans la série évolutive. Ton esprit. et ‘ le bien qu’il peut faire au monde, s’il acquiert sa pleine vigueur, ne seront·ils pas, et de beaucoup, plus favorables au developpement de Phumanité que l'ame eàquise et_ passive de M"": Goulven, pareille, malgré sa bienfaisance, à des milliers d’àmes vertueuses ‘?... Tandis que le sérum anti-typhique ne peut être créé `· que par toi seul!... En face du problème social et