Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/262

Cette page n’a pas encore été corrigée


, · LE SERPENT Nom 257 . — Jean m’en a parlé, — assura la femme du docteur. L’amante frémit un peu, et dit seulement: — Ah!... _— Il en vient à croire que le climat d`ici est moins salutaire pour ta ülle qu’auparavant. — Comment 7... Elle s'est fortiûee depuis deux mois!... Sans miséricorde, M“‘° Goulven représenta qu’à la longue le sang trop jeune s’impregne à l'exces de sel et d’iode, qu’une maladie de l`épiderme peut se déclarer. Elle la dépeignit longue et difficile à guérir sur le lieu même oula cause subsiste. -— Mm La Revellière ne propose·t-elle pas d’ahréger votre séjour ici? — iusinuai-je perüdement. - Il me semble l’avoir entendu parler dans ce sens. -— Mais je resiste, vous pensez! Comme toutes les vieilles personnes, ma belle—mere s’épouvante d'un rien. _ ‘ —— Sans doute, —- conclut M'" Goulven, — ne lui paraît-il pas tres prudent de laisser l’etat de Gilberte empirer. · ——- Je ne veux pas m’en aller, je suis tres bien ici, .auprès de loi, Yvonne! Qa m’ennuie beaucoup, ce que tu me dis. Le docteur ne m’en a pas souillé mot! —— Notre égoïsme préférerait vous retenir, ma ché- rie. — Que tu es gentille!... Voyons, il doit y avoir un moyen d’arranger les choses? Nous ne répondimes pas. Elle souffrit en silence. Le beau visage s’amincit. Elle mordit ses lèvres pour y rappeler le sang. Une petite paysanne nous salua; son frère leva son béret. Je leur donnai quelques