Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/254

Cette page n’a pas encore été corrigée


de la mer, pendant que les vagues roulaient notre bateau, où quatre hommes sales, et pieds nus, s’empressaient, s’appelaient, s’eng0uffraient dans l’antre noir et trépidant de la chaufferie. Morveux, grognon, un mousse de dix ans poussait, avec des serpillières humides, les épluchures qui encombraient la rigole ménagée a babord. La·lpaut, sur la passerelle, Gilberte suivait les gestes du timonier manœuvrant la roue verticale du gouvernail. Elle tenait ses minces bras derrière le dos, en se curant les ongles. Agrippées aux cordes du mât, ces dames La Revellière écoutaient la leçon du capitaine, un gros garçon de Lorient, qui leur enseignait les principes de la navigation a vapeur. Si belle était madame Hélène, dans la mante noire ou elle serrait la plastique de son corps, que j’oubliais, quelques secondes, d’ouïr les remontrances de l‘épouse. D‘ailleurs, le son en demeurait plutôt gai. Cependant elle s`écria soudain :

— Mais non, je ne suis pas jalouse !... Pas du tout! Quand je t’ai vu las auprès de moi, sans cesse obsédé par les ennuis d’argent, toujours désireux de t’écarter, j’ai voulu savoir si j’étais la seule incapable de te distraire... C’est alors que j’ai invité nos cousines. Une personne spirituelle, élégante puisqu’elle est riche, t’amuse mieux. Oui. Cela me, condamne... Je n’ai pas su te plaire comme il te convient.

— Quelle idée ! Ne suis—je pas obligé d’être poli envers ces dames, qui sont extrêmement gracieuses à notre égard ?

Elle parvint a sourire de cette défaite :

— Laisse-moi achever, laisse-moi achever !…

Quand, de la terrasse, je t’aperçois sur la falaise avec Helène…