Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/246

Cette page n’a pas encore été corrigée


` ma sauveur nom 241 doux, et que choyent des lèvres palpitantes. L’espoir de ` triompher sur les hommes, par le lucre et la logique, l’emporte sur l`instinct d’ètre aimé par une femme, dans le moment même ou elle se donne. Cette fuite de l’esprit, hors des plaisirs les plus souhaitables, ' est la seule de mes défaillances. Je ne réalise pas alors -_tout ce que je veux. En cela, du moins, je ne réussis guère à me dépasser. ` Anne—Marie ne voyait la souvent qu`une réserve de bon ton. Si je 1`étonnais par cette attitude, elle ne songeait pointà s’en vexer. Elle me fut ainsi la ser- vante docile, fière de mes attentions intermittentes, et confuse d’ètre réprimandée. Elle me fut l’amante anxieuse qui guette sur le front du maitre le reflet des lumières ou des images intérieurs. Elle me fut, dans ce .paysage de landes sévères, sur cette terre ` aspergée d’océan, la plante vulgaire et trop fréquente, a la tige robuste et noire, a la fleur brune accrue de blancs pistils recercelés. Elle me fut telle, quoti- diennement, jusqu’a l’heure ou mon destin l’eut ' sacrifiée selon la loi cruelle etnécessaire des sélections. ll arriva que, Mm La Revellière ayant interrogé le docteur sur l'effet des distractions pour_ améliorer p l'état des jeunes personnes nerveuses, je résolus de proposer une excursion à bord d’un yacht de louage. En peu de temps on visiterait la côte de l’Armor, depuis Quiberon jusqu’a Brest. Gilberte I s’enthousîasma, sauta, trépigna. Après s'être d’abord assombrie, sans doute a la crainte d'une sépa- ration, sa mère trouva le moyen de convier les Goulven Pembarquement. Dans son laboratoire, le docteur s'était encore évanoui, l`avant—veille, par suite d’un excès de travail. Contente de lui ménager 14 ’