Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/227

Cette page n’a pas encore été corrigée


222 LE ssnrnsr Nom tour du phare. De son corps sinueux dans le four- reau de caoutchouc, madame Hélène protégeait sa fille et la câlinait. M”‘° La Revellière se plaignit · d'avoir à glisser dans les combes, à remonter les pentes, sans autre salaire que la vue de l’0céan noyé par les brumes. Une rafale, heureusement, les déchira, les r0ula,‘ en fit des banderoles cendreuses, vite expédiées vers l’est et le détroit. Des gouttes brillerent aux épines des ajoncs. Le soleil darda des rayons nouveaux sur l’Océan balayé, qui resplendit par toutes les crêtes de ses vagues innombrables. Les blancs dragons des flots devoraient les promontoires et les récifs, pareils it des léviathans gardiens d’un trésor légendaire, cette émeraude, peut-être, que u devenaittout a coup l’ile fraîche, dans son chaton de ~ schistes et de granit. · _ Nous en parcourions le bord, trop etouffés] par le vent pour échanger des paroles. Échappee asa mère et a son capuchon, Gilberte galopait sur la corniche, avec toute sa grace vive. Le pagne écarlate claquait autour · de ses flancs minces, vers l’azur apaise du large. ll advint qu’à pourchasser sa lille, madame Helene · s'éloigna de nous, et rejoignit, par hasard, le docteur. Apres une dégringolade dans les roches, ou je sou- tins I•·lm° La Bevelliere, nous les suiviines sur l’im— ` mense plage de Port-Donnant, que lamine l’énorme volute d’un flot vert, toujours ressurgi dans le recul de ses décombres, pour accourir encore, concave et ‘ mugissant, pour s’écheveler en écumes, pour s’écrou- ler en bouillons violents, puis s’étendre en nappes mous- seuses jusqu’à nos pas, jusqu’au paysage africain de dunes claires, d’herbes malingres et de pâles tleurettes.