Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/219

Cette page n’a pas encore été corrigée


EM LE SERPENT mom pernicieuse. Il semblait donc inopportun d’abandonner un pays salutaire à l'état général de l’enfant. Aussitôt Goulven s’empara de cette idée, la confirma; et, malin, pour fuir les objections de la vieille dame, il caracola, de schistes en schistes, avec_Gilberte, tel un faune se jouant d’une petite nymphe au pagne écar- late. L'Océan s’étalait vaste et miroitant depuis l’ho- rizon jusqu’à notre falaise qui le surplombaît de très haut. Par les sentes et les gradins bruts suspendus au flanc du promontoire, tous deux descendirent vers les ablmes ou tonnait le choc des vagues et rejeil— lissait l’embrun. Cependant je nommais aux dames, moins alertes, la série des bromures en usage dans le commerce, et définissais les vertus de quelques drogues efficaces. Déja, dans les fonds, la Hllette et le docteur étaient pareils ai deux oiseaux de mer perchés contre l'im- ` mense paroi que bossèleut des marches naturelles, difficiles au pas un peu court de M'"" La Revellière. D’ailleurs le vide, à notre gauche, l’efl`rayait, quoi qu’elle en dît. Elle laissa les insinuations fâcheuses pour se préserver des glissades, et lutter contre un vertige anodin. Les mouettes tournoyaient et profé— raient leurs cris rauques, sous nos pieds, a mi-hauteur de la falaise. Un cormoran Iîla, le col tendu, dans le couloir liquide improvisé entre deux flots concaves qui s’épanchèrent après son passage. Ces dames fînirent, avec des précautions et le secours de mes plaisanteries, par s’introduire dans le` chaos ou s’ouvre la grotte béante, sonore et fraîche. Nous nous détournàmes de la mer. L’écho de nos voix retentit sous l’altitude des voûtes. Au bout de leur Ombre, un mont de granit fut brutalement heurté par