Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/218

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE s1aRri2N·r mom 213 — Peuhl —— fit le docteur, et il secoua la tète avec une mine d’l1ésitation. — Vous songeriez ài partir... toutes les trois?... — interrogea—t-il, en levant sur elles son œil triste. _ , ——— Nous n’y avons pas pensé une seconde, — se _ hâta de dire madame Hélène; et sa poitrine essoufflée se mut précipitamment sous la soie légère du corsage. — Mais si Gilberte ne supporte pas davantage le climat?... A ces mots, l’enfant éclata de rire, bondit de biais, et courut en cercle, à cloche—pied, retenant l)omino qui tirait sur la chaine dans l’cspoir d’entrainer sa maitresse vers les moutons. Ensuite elle se déclara très bien portante. Pour rien au monde, elle ne quit- terait Belle-Ile,·ni le docteur, ni M'“° Goulven, ni le port de Sauzon, qui était si joli avec sa flottille, ses pêcheurs bleus, les danses des sardinieres, Elle les imita en l"red~onnant, en obligeant son chien à rythm_er un pas à gauche, deux pas a droite, trois piétinements lents. .Ce qui nous engagea tous a rire. M"‘¤ La Revel- lière fut réduite a grommeler. La voiture repartit pour aller Et Keryannic chercher Mm Goulven et Anne-Marie: elles devaient se rendre Et Port-Donnant, et nous y attendre avec le goûter. · - Tandis que le docteur nous guidait, par les degrés disparates que les schistes des roches plutonienncs forment, devant l’espace, à la pointe de l’Apothicai- rerie, sa voix protestait timidement. Rien ne mena- çait encore la santé de Gilberte; il était normal, A à l’entendre, qu’un excès de vigueur nerveuse resultat de la tonification par l’air salin. Après avoir réfléchi, madame Hélène, tout oppressée, rappela qu’il existait des bromures pour combattre cette agitation, même