Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/214

Cette page n’a pas encore été corrigée


femmes vertueuses quand elles ont de l’âge. Il n’y a que les femmes légères pour s’indigner et se récrier.

Ma rondeur lui agréa. Elle riait de tout son cœur. Inquiète de notre connivence, sa bru ne participait guère a cette gaieté. Elle affecta de feuilleter un volume venu de Paris le matin même. Sans comprendre rien à mes discours ambigus dont elle flairait le sel, Gilberte tachait d’approfondir leur vrai sens, bien qu’elle simulât du zèle pour dresser son chien a contempler le paysage. Mme La Revelliere eut souhaité que la jeune femme occupât sa fille de quelque façon, et l'empêchât de prêter une oreille trop attentive a mes confidences-. Au contraire, madame Hélène feignit que toute son attention fût prise par l’examen du volume, afin que la responsabilité de notre sans-gêne incombât uniquement à sa belle-mère, si I’enfant retenait quelques bribes de notre colloque audacieux. Mme La Revellière devinait bien l'excellence de cette manœuvre. Elle se savait dans son tort. Il eût convenu de m’imposer silence en finissant de s’égayer, mais c’eût été abdiquer devant le réquisitoire muet de sa bru.

La vieille dame s’impatienta :

— C’est le livre que vous avez demandé à votre libraire, je suppose?... La Psychologie des Foules .... Ouvrage bien sérieux pour être lu en voiture!...

— Je jette seulement un coup d’œil sur la matière des chapitres, en coupant les pages !

— Quel empressement! Vous auriez pu attendre ce soir pour vous livrer à cette incursion dans le domaine des pensées transcendantes...

— Pourquoi donc ? J’aime assez que les accidents de ce paysage interviennent, comme des illustrations,