Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/195

Cette page n’a pas encore été corrigée


190 1:; sumœivr Nom intervalles où pénétrait l’eau du flux argenté, puis s’enfonça jusqu’aux chevilles dans le fin gravier noirci par le contact du flot, mais qui, plus loin, s’étalait, sec et gris, au fond des cavernes béantes. — Domino! Domino!... Ici!... Ici... Domino! _ Comme je l’avais prévu, les courlis, a notre appa- rition, quittèrent leur refuge. L'essor de la bande s’abaissa jusqu’a frôler la cavalerie ecumante du triple flot qui se précipitait contre notre droite, assie- geait les forteresses de granit, projetait des escadrons liquides dans les creux, des pelotons furieux sur les cimes, et puis s’éc0ulait par mille issues, pour se rallier en arrière avec un grand bruit frémissant. Le chien préféra son gibier. ll s`en fut loin devant nous. Égosillée par ses appels, Gilberte s’efforça de courir. Sa voix rapidement s’altéra, devint rauque. Je marchais derrière elle ai distance, car, dans ce gravier mou, je prévis que son élan aurait bientôt _ faibli. Domino disparut apres avoir contourné un amas de rocs. Et nous demeurûmes seuls ai côté de l’Océan : il charriait, entre le continent et l’île, deux steamers suivis de leurs longues fumées, maintes barques éparses sous leurs voiles brunes inclinées par la brise, éclairées par le soleil, bercées par les boules tumultueuses qui affluaient au rivage avec le souffle violent de l’espace. Gilberte espérait le retour des courlis et que Domino les serrerait de pres.Il n’en fut rien.Quelques minutes s'écoulèrent dans l’attente, puis elle gri- maça, silencieuse. Des larmes se détachèrent des cils. Les poings minuscules et osseux se crispèrent dans une sorte de convulsion qui secouait a plusieurs reprises les bras, qui pliait brusquement les coudes.