Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/169

Cette page n’a pas encore été corrigée


164 LE srsnrmwjr Nom contre toute erreur dans cette pédagogie, quand les règles en seront indiscutables, je pourrai sûrement_ préserver les hommes du typhus. Ce sera par mil- liers que mon sérum sauvera les vies, sous les tro- piques, en Europe ou les marins et les voyageurs rapportent l’infection, ou les eaux la transmettent. Ne trouvez-vous pas étrange l’analogie entre l’exposé de mon plan et l’histoire d'un peuple, qui évolue de la conquête à la production?..-. V Il attendait ma louange. Nul ne m’exaspère comme ces médecins. folâtres qui travestissent la science positive en rêveries de ri- meur ou de métaphysicien. C’est la vraiment une sorte de manie très absurde parmi les innombrables démences de ce temps. Je comprenais, tout a coup, pourquoi les imaginations de ce bon thaumaturge sé- duisaient l’esthétique imtempérante de madame Hé- lène. Avec leur petit savoir ils fabriquaient, l’un et l’autre, les prestiges de leurs bavardages poétiques, dont ils s’éprenaient. ` ‘ Lorsque vint .l’heure du thé, mon impatience et ma fureur internes étaient au paroxysme. Ces dames ren- trèrent, l’infante en avant, et qui me présenta, de la plus mauvaise grâce, deux ros_es cueillies au jardin du presbytère, puis me tourna son dos menu, balayé par une chevelure ostentatoire. Madame Hélèneavait _ chaud. Elle oublia de discourir sur la belle simplicité des vêpres rustiques, ct réclama le' nécessaire pour ' boire frais. Silencieuse, elle me fut malheureusement trop admirable. La chaleuravait coloré ses joues à miracle. Au ·lieu de se darder et de s’assombrir alter- nativement,l’éclat de ses yeux persistait pour decou-