Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/162

Cette page n’a pas encore été corrigée


· LE snnrmvr Nom 157 madame Hélène, nous nous regardâmes, et nous ne pûmes refrener notre moquerie, dans le moment ou la jeune femme, arrivée en retard, comme toujours, disait à sa cousine : , . — J’adore ton jardin de la terrasse, ma chérie! Je ne veux être regardée que par des fleurs simples. Les zaiutres me semblent pétrios de vices... Tes lis, tes __«' qnensées me sont des amis, maintenant... J’ai en iqëflàorreur les petits chiffons des roses, les dahlias I. clgurtauds et apoplectiques, les gueules-de-lion pareil- É "lesà des jouets de bazars. Mais les lis purs et sveltes me suggèrent le désir de noblesse et de droiture. Les pensées violettes qui ont un cœur jaune, c’est la grave méditation, la science, dont les résultats illuminent discrètement notre sensibilité. La droiture et la science, c’est bien la mon Yvonne et son Jean. ' Le dernier nom propre fut prononcé sur un ton qui me déplut: lentement, langoureusement, dirais—je. Et, là-dessus, Jean lui-même nous rejoignit. Ses mains savonnées, lavées sans cesse dans les anti- septiques, il me les tendit, un peu reches sur l’épi— derme. Gilberte lui santa brutalement au cou. ce manque de retenue, chez une lille déja grandelette, _me choqua. Il la détacha de ses épaules et la déposa sur le sol sans lui rendre le baiser. Sa pudeur le gêna. Du rouge montait à ses pommettes. Je ne sais pourquoi, je compris son appréhension de choyer cet être qui était un peu de m_adame Helene. Autant que ma psychologie ile put pressentir, il se fût accusé de savourer sur les joues de l’enfant une odeur de chair pareille à celle de la mére, et de voler ainsi ce qui ne lui était sans doute que promis. Sinon, il eût em- brassé franchement la fillette. Il est vrai qu’alors je