Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/157

Cette page n’a pas encore été corrigée


i52 LE SERPENT Nom audaces. Jaloux, le docteur me confierait ou sa convoiI.ise ou son triomphe. J`accordai tout aussitôt. à ma toilette des soins minutieux. Un linge d’été mauve, a rayures blanches, sous un costume de drap beige, vêtit ma carrure et mes jambes que chaus- sèrent des bottines en daim gris. Ayant sav·onné copieusement mes cheveuxgdont la quantité décroît, j’obtins qu’ils parussent nombreux en bouffant autour de ma tête. Cette coquetterie, ai-je besoin de le dire, était moins au service de ma luxure que de mes ambitions. Vainement essayai-je de lire, d’écrire. La · sévérité des vieux meubles en bois ciré ne m’inspira · que peu de calme. Des panneaux anciens, ajustés aux faces du lit, offraient le relief d’un cortège nup- — tial. Deux personnages gonflaient, du souffle, la panse d’un biniou. La mariée en coiffe haute et biscornue, ses compagnes dansantes, les gens tapant du sabot m’agacèrent comme s’ils eussent été les spectateurs importuns de mon déboire. Je leur tournai le dos, m’eufouis dans une bergère profonde, pour contem- pler les pentes bleuâtres et chatoyantes de la mer, l’horizon enfumé par la course d’un vapeur, et, la- bas, la côte de Quiberon ou brillait leblanc de quel- ques façades éparses. Déjà, sur le cap voisin, les carriers, à coups de pioche, èntamaient le roc. Tout en regardant leurs efforts, je n1e rappelai que la médisance seconde fort bien ceux qu’elle désigne ala curiosité publique. En notre temps, comme en tous les temps, les mérites de l`intelligence et de l’activité n’aident qu’à demi. Bien ne vous rend notoire comme l'impudeur, puisque les propos de tous les salons et de tous les fumoirs s’évertuent exclusivement ài commenter les liaisons illicites.