Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/155

Cette page n’a pas encore été corrigée


l50 A LE SERPENT Nom puisse, une minute, me douter de cette liaison. Et, par là, elle aura cru détruire ce doute méme. Autre macbiavélisme, et nonlc moins sagace,. Quoi qu’elle _ décide, j’ai mes raisons de suspecter la franchise de . ses actes. » • Prcsser le vendeur et l’acheteur de questions insi- dieuses, les acculer, par toutes les arguties, à l’aveu de la valeur qu’ils peuvent m’offrir, c’est une habitude qui me doue d’une implacable perspicacité. On ne me trompe guère. Madame Hélène y serait parvenue si je n’avais rigoureusement résisté aux suggestions de mon amour-propre, qui préférait mes suprématies physiques et sociales aux appas de Jean Goulven, et qui supposait a toute femme une semblable préfé· rence. _ . La veuve se conduisit adroitement. Elle n’éternisa point la station a sa fenêtre. Ayant, apres maints au- teurs, comparé la flottille éparse ai un essaim de papil- lons posés sur une soie liquide, elle protégea, de la main, ses yeux contre fintcnsité de la lumière, puis, la voix basse, loua l’énergie de notre hôte qui s'en- fermait dans son laboratoire, dès cette heure, avant de visiter les malades du bourg et des hameaux. Je dis que l’Académie de médecine lui décernait, en somme, un très bel honneur. Le sens pratique de madame Hélene intervint aussitot. ll eût fallu joindre à cet honneur, prétendit—elle, un bénéfice objectif: soit un grade supérieur dans la marine, soit un poste dans les hôpitaux de Paris. A ses yeux, rien n’était valable _que ne consacrait pas la renommée de la capitale. En cela, elle se montrait femme à la mode, pour qui le succès, fût—ce d’un crime, ne gloritie son homme qu’a la condition de nourrir les propos des