Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/141

Cette page n’a pas encore été corrigée


136 LE sauveur mom sait que madame Hélène se passionnât a la manière _ des comédiennes. Seule la peine de sa femme le navrait. `— Il n’a cependant pas les moyens de courir ai Paris, banqueter toutes les semaines! —- pleura M“‘” Goulven avec un visage de détresse. ‘ Et elle examina le costume délabré de son mari. Je me gardai de répondre directement, et continuai l’analyse de mes lettres. Pourquoi avait-il décliné l`honneur de prendre quelques abonnements à la ` Iîevue d’Hist0logie pratique, à la Revue de T hérapeu- ·Liquc nouvelle, aux Annales de Biologie, à d’autres périodiques dirigés par sept ou huit de nos anciens amis qui se croyaient en droit de compter sur son aide, comme ils avaient usé de la mienne ?'Ces revues, qui font foi chez tous les médecins de province, consacreraient peu de paragraphes à ses essais. Madame Hélène fut encore obligée d’avouer que M. La Revelliere avait soin de souscrire a toutes les obscures revues politiques démunies de lecteurs, aün de prouver que les élucubrations de ses collègues ne . le laissaient pas indifférent. ~ — Mais, — supplia M'"° Goulven, -— nous n’avons plus les moyens de nous abonner a tant de publica- tions! Je balançai la tete, en signe de doute, comme si je n’ajoutais nulle foi a la pauvreté de mes hotes. Impla- cablement, j’exposai la série des griefs. Le docteur n'avait pas envoyé son obole pour l’érection d’une autre statue à Claude Bernard, dont l’Institut de Chimie organique avait assumé l’initiative. Faute de pécune, le monument n'avait pu être construit. Le oamouflet avait sé1·ieusement atteint les organisa-