Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/138

Cette page n’a pas encore été corrigée


- LE §ERl'·'EN'I` Nom 133 opportune pour se révéler dans leur quasi-vérité. Au bout de ces quelques jours passés ensemble, nous estimions nécessaire d’oter nos masques de courtoi- sie, de nous éclairer mutuellement sur nos carac- tères et sur nos convictions. Nous allions devenir intimes. Ennemis ou amis, mais intimes. . —- Des gafi`es!... -— répétait l\I"*° Goulven. ·- Ah! Seigneur! des gail`es!... Le mot outrageait sa parfaite éducation. Elle nc sai- sissait pas le sens indulgent de cet argot parisien. Elle le traduisait par : « inconvenance »; elle en etait vexée. -— Oui, des gaffes... Ainsi, lorsque vous êtes venus à Paris tous les deux, après la nouvelle du succes · obtenu par la notice, votre mari ne vous a pas con- duite chez M“‘° de Parr, ou le docteur Prostet aime a recevoir sa pléiade. Or, vous deviez bien cela tous deux à celui qui avait partout colporté le texte de la com- , munication, et particulierement dans les couloirs de Ylnstitutbîologique, ou les académiciens la connurent. —- Madame de Parr n`est-elle pas une ancienne ' fille entretenue? —— questionna M““° La Revellière, jusqu’alors silencieuse, en me regardant de haut. — Les honnêtes femmes ne peuvent voir ces sortes de personnes! -— déclara péremptoi1·ementM“‘° Goul- ven, ct elle étala dans l’air ses deux mains horizon- tales. —· C’est la première règle des convenances. —— Oui, en province. Non, à Paris! Voila des nuances importantes. · ' ’ lgn'0raient—elles que M"" de Parr avait accueilli le docteur Prostet quand il n’etait qu’un petit extcrnc de l’Hotel-Dieu, traînant des bottines éculées, sous des paletots verdis, que la dame galante l`avait trouve · 8