Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/137

Cette page n’a pas encore été corrigée


439 ` LE SERPENT NOIR « L’homme est quelque chose qui doit se dépas- ser! » répétai—je entre mes dents, chaque fois que ses ‘ paroles se ruaient vers moi, chaque fois que sa mimique, naturellement coquette, offraitle troc men- songer de ses complaisances en échange de mon adhésion aux espoirs de ses cousins. Je résistai. Je soutins que les professeurs de la Faculté. aussi bien que nous, redoutentl`inimitié de leurs disciples.En dénigrant les cours, en proclamant les· erreurs quoti- diennement commises dans les cliniques, une élite médicale peut au moins discréditer les maitres, amoindrir leur autorité, partant leur clientèle de finan-' ciers, d’archiducs, de ministres et d`actrices, celle qui paie Fopération dix mille francs, et davantage. De plus, les maîtres hésitent à sfentliousiasmer pour les découvertes qui s’accomplissent loin de leur inspi— ration... · - Enfin, — terminai-je, — Goulven a fait des gaffes! Madame Hélène (it éclater un rire sardonique 1 — Lui, l’homme de tact par excellence!... Ha! ha! que c’est drôle !... Elle insultait à ma bonne foi. Toutes ses jolies gri- maces me signitiaient brutalement qu’entre elle et moi rien n’était possible, sinon les conséquences de sa rancune._Le docteur la contemplait, stupide, et les , paupieres clignotantes. Une légère rougeur, sur_·ses pommettes, indiquaitala foissa honte d’être défendu tumultueusement, et son plaisirde l’être par une telle— amie. , ' U Nous en arrivions à une de ces minutes dramatiques ou plusieurs personnes, ayant fini de s’instruire reci- proquement sur leur compte, jugent la conjoncture