Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/117

Cette page n’a pas encore été corrigée


t 112 _ ms ssnrnnr nom route qui, du sud-est au nord-ouest, partage la lon- gueur du pays. A mesure que nous avancions, _l'0céan sonnait davantage en s'abattant sur les dé- combres des promontoires. On eut dit d’une canon- nade voisine entre deux flottes invisibles. Le docteur résistait de son mieux aux rafales qui s'engoufI`raient dans sa pèlerine de bord. Collant à sa maigre rotule la culotte de cycliste usée, elles le faisaient paraitre chétif, bien que ses jambes, en bas épais, marquas- sent un effort souple. Quand nous arrivàmes 21 la Pointe des Poulains, devant les clartés des hautes lames giilant les pentes des blocs et les étages de schistes feuilletés, quand, apres un corps ai corps pénible avec Éole, nous eùmes gravi l’énorme éponge pétritiée que semble être la roche, quand nous fûmes exposés au délire des éléments qui · jetaient leurs clameurs et leurs bataillons liquides a î l’assaut de la côte noire, Jean Goulven me parut tout à fait pitoyable. Il avait voulu nous montrer un abîme qui se creuse depuis le sommet du cap, devant la maison du phare. Assez lestement il avait grimpé jusque—là, sur notre droite, et, fonçant de la tête, dans le vacarme, il avait atteint le bord` de la crevasse, lorsqu’un subit coup de vent lui arraclia sa casquette, l’écl1evela et le bouscula si brutalement qu’il fut retourné, rejeté sur nous au pas de course, comme une feuille saisie par l’orage d’automne. Il dut se_ cramponner à ma manche atin de pouvoir s’arrèter. ll, fallut tous trois opposer le dos à la force de la rafale, et nous arc-bouter les uns aux autres, étour- dis par le tumulte, Le froid, soudain, avait rendu violet le visage du docteur. Ses cheveux bruns secoués-.: · dans l’espace découvraient un front étroit, un front