Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/113

Cette page n’a pas encore été corrigée


108 LE snnrzur Nom t—il. -— L’illusion me dompte. Avant que ces braves gens eussent prononcé le nom de Dabut, je songeais de la même façon qu’eux. Ce rayon de lune qui s’ecrase à la surface des eaux, n’est—ce pas la clarté d’une ville sous—marine, la clarté de la cathédrale flamboyante, centre d’Ys submergée, d’après les fables... Si l’on veut, on peut entendre aussi, dans les rumeurs de la marée, retentir l`appel des cloches... -· Ca... — dit M‘“° Goulvenn ~— on a toujours entendu les cloches sonner sous la mer... tout le long de la côte. Écoutez! Je prêtai 'l'oreille. Cbacun perçoit ce qu’il préfère dans la rumeur confuse de l'élén1ent. Je serais plutot enclin à me figurer qu’nn express roule contre un vent déchaîné dans un chemin creux, là—bas, ou bien qu’il franchit un pont métalliqne, par instants, lorsque le flot s’épanche et grince sur le galet. Pourtant `j’adoptai le sentiment de mes bôtes. A tout prendre, le son des cloches pouvait être discerné parmi les bruits de l’espace liquide. M'“° Goulven fut contente de mon adhésion. Son mari susurrait le refrain de la _ complainte. Il se dandinait un peu dans les sens alter- natifs de la ronde: ,Pleurez, pleurez, la belle, Les poissons l’ont mangé!... —— C’est bizarre : j’ai presque besoin d’entrer dans la danse, de_ saisir deux de ces mains difformes et grasses, de me laisser conduire par elles, de respirer cette odeur d’buile frite qui imprègne les jupes des femmes. Je voudrais que ma voix fût parmi celle des chœurs... Estece assez drôle, hein?