Page:Adam - Le Serpent noir (1905).djvu/101

Cette page n’a pas encore été corrigée


Revellière, furieuse et feignant d’ouvrir la bourse de vermeil suspendue parmi les bibelots de sa trousse.

— Vous raillez, madame !... Vous raillez !

J’imitai le geste comique de celui qui, dans une scene de vaudeville, écarte les présents de quelque Artaxercès.

— N’oubliez pas, Hélène ! Monsieur a donné vingt francs...

— Oh! oh! monsieur a donné vingt francs — reprit Gilberte, pour la médaille qui est dans l’écrin violet ?... Oh ! oh !...

— Ah! monsieur, — sourit madame Hélène — voilà bien une chose dont je vous saurai un gré éternel... Touchez la.

Par·dessus les verres, elle me tendit sa main fluette, veinée, délicatement habillée de bagues légères, de perles, d’opales, de petits brillants. Je lui serrai le bout des ongles avec gentillesse. Ne lui avais-je pas prouvé que je méritais d’être craint ? J’ai toujours eu le triomphe jovial et point rageur. Évidemment, les deux veuves, la vieille et la jeune, pestaient contre mon audace. Au fond d’elles—mêmes pourtant, elles apprenaient qu’un maître vivait là.

Je continuai ce manège de m’imposer. Sans hardiesse, poli, concentré, amer, et toutefois bienveillant, Goulven n’était pas homme et m’indiquer la porte. Il n’ignorait pas ma réputation d’escrimeur, ni qu’une dispute eut entraîné des suites dangereuses, ou se fut prouvée, d’une façon plus objective encore, son infériorité devant moi. Je pus avancer mes affaires. D`ailleurs, mon art consiste à blesser pour marquer ma force, puis a répandre aussitôt sur la