Page:Abensour - Les vaillantes, 1917.djvu/231

Cette page n’a pas encore été corrigée


· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

...........Censuré............

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Ce ne sont pas des faits d’exception.

Partout ailleurs, dans les autres villes et villages, l’abnégation des vaillantes qui demeurent est égale au courage de ceux qui se battent. Les soldats eux-mêmes en rendent témoignage.

La Directrice de la Vie Féminine a pu ainsi recueillir les confidences d’un rescapé du Nord.