Page:Abensour - Les vaillantes, 1917.djvu/224

Cette page n’a pas encore été corrigée


pes françaises les retraites où se sont dissimulés des soldats allemands.

À S... dans la Marne, une jeune institutrice voyant passer des prisonniers français, les ravitaille sous les yeux de leurs gardiens, dispute les provisions à la voracité teutonne et réussit — miracle ! — à empêcher les envahisseurs de boire le vin qu’elle destine à nos soldats !

À Saisonnières (Seine-et-Marne), un couple d’instituteurs, M. et Mme Bougreau, aide, au péril de sa vie, quatre cavaliers français à se cacher dans leur maison puis à s’enfuir pour rejoindre leur régiment.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

...........Censuré............

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·