Page:Abensour - Les vaillantes, 1917.djvu/215

Cette page n’a pas encore été corrigée


mand, je ne suis pas venu ici pour sauver du monde, je suis venu pour en tuer.

L’uniforme est un petit chasseur blessé à la cuisse. Le lieutenant von Lœbenstein est exaspéré. « Nous le fusillerons à Bucy », déclare-t-il.

Mais un kilomètre plus loin, l’automobile s’arrête, d’elle-même cette fois. C’est une panne d’essence.

— Il n’y a plus d’essence, mademoiselle, dit von Lœbenstein, cherchez-en.

— Volontiers, si vous m’accordez la grâce du petit chasseur.

Mlle Canton-Bacara discute, parlemente. L’essence est bientôt trouvée, et le petit chasseur est sauvé. Le lieutenant, que l’audacieuse énergie de cette jeune femme étonne et amuse, s’adoucit. L’infirmière en profite.

— J’ai autre chose à vous demander.

— Quoi encore ?

— Le civil… vous savez… le civil blessé de tout à l’heure je n’y ai pas renoncé. Envoyez-le relever par vos hommes et faites-le porter à l’hôpital. Ce sera une bonne action. Vous n’en faites peut-être pas tous les jours. Profitez de l’occasion. »

L’éclaireur de la garde en profita.

À quatre heures du matin, Mlle Canton-Bacara était remise en liberté. Elle fut reconduite à Vauxbuin par deux soldats baïonnette au canon. Les Allemands ont toutes les attentions. En arrivant à l’ambulance, elle songea tout à coup :

— Oh ! mon Dieu ! et moi qui étais partie hier pour réquisitionner des vivres et qui reviens les mains vides ? Quelle maladroite je fais ! Et ces pauvres gens qui ne vont pas avoir de quoi manger. Il faut que j’aille bien vite à Soissons.

Et à huit heures du matin, Mlle Canton-Bacara repartait pour Soissons [1].

Du 1er au 12 septembre. Vauxbuin est occupé, l’ambulance réquisitionnée par les autorités allemandes qui laissent du reste à Mlle Canton-Bacara la direction de

  1. Robert de Lezeau : l’Ambulance sous le feu. Le Figaro, 10 et 17 janvier 1915.