Page:Abensour - Les vaillantes, 1917.djvu/203

Cette page n’a pas encore été corrigée


IV


La Croix-Rouge sous le feu.


En Lorraine. — Pendant la marche sur Paris. — Pendant la bataille de l’Aisne. — Dans les villes du Nord bombardées.

Nous avons vu précédemment l’œuvre énorme et magnifique accomplie par les dames de bonté, comment par leur patience inlassable, leur zèle, leur dévouement, leur souriante bonne grâce, elles ont guéri les grands blessés, réconforté les autres.

Mais le seul dévouement ne suffît pas à faire une infirmière. Il faut de l’héroïsme aussi.

Longue et monotone un peu, dans sa magnifique simplicité, serait la liste des citations dont pour leur présence d’esprit sous le feu, leur courage et le mépris de la mort nos infirmières ont été l’objet.

Contentons nous de citer les traits les plus saillants.

Dès le début, tandis que des milliers d’infirmières bénévoles créent à l’arrière des hôpitaux, des centaines d’autres en organisent sur la ligne de feu. Incalculables