Ouvrir le menu principal
Cette page a été validée par deux contributeurs.


ACTE II




Scène PREMIERE



CAMILLE, SABINE.



SABINE.


TAndis que tout le camp s’abandonne à la joye,
Madame, à quels chagrins demeurez-vous en
proye ?
Et d’où vient qu’en un temps pour vous ſi glorieux,
Des larmes en ſecret eſchapent de vos yeux ?



CAMILLE.

As-tu fait advertir cette aimable Romaine,
Sabine ?



SABINE.

Elle eſt encor dans la tente prochaine,
Où ſa mere avec elle, & leurs Dames en pleurs,
Devant Coriolan font parler leurs douleurs :
Mais, ſans manquer aux loix que le reſpect m’impoſe,
De cet empreſſement puis-je ſçavoir la cauſe ?
Quel plaiſir aurez-vous d’eſſuyer ſes chagrins ?
De la voir devant vous accuſer les Deſtins ?
Et peut-eſtre blâmer…