Ouvrir le menu principal

Page:A. Challamel.- Les Clubs contre-révolutionnaires.djvu/209

Cette page n’a pas encore été corrigée
199
CLUB MONARCHIQUE

lors même quon pourrait leur supposer un vice radical, que la prohaine législature saura bien extirper ?... « Réponse.

« Professent hautement ; je l’ignore ou ne me le rappelle en aucune manière dans cet instant. Nourrissent en secret ; je ne me rendrai certainement inquisiteur ou garant ni du pour ni du contre ; mais je dirai bien affirmativement qu’il ne s’agit ou ne peut s’agir que des principes généralement professés et avoués par la Société ; et que dans l’un ou l’autre cas supposés ci-dessus, elle ne peut et ne doit être tenue à aucune responsabilité. J’ai connu des athées à l’académie, des libertins aux chartreux, des despotes à la halle, des sages à Charenton, des impies en Sorbonne, et des républicains au château de Versailles. Ces exceptions n’ont point altéré la règle, et il n’est venu dans l’esprit de personne de décréter une responsabilité solidaire à cet égard.

<( Et quil est nécessaire de propager., lors même qu’on pourrait leur supposer un vice 7’adical., qne la prochaine législature mura bien e.Ttirper.

« Comment, M. Audouinl comment donc, M. Audouin ! c’est vous qui parlez de vice radical et d’e.rtirpation à faire dans les principes de la constitution par La prochaine législature ! Ah ! je suis bien rassuré !

Et je vois bien que, de vous ou de moi, ce n’est pas moi qu’il 

faudra remettre à l’ordre.

« De Rossi (1). »

Rappelons que de Rossi ou Rossy était membre du Comité du club. Il parut un

« MANIFESTE relatif a la Sogiktk des Amis de la Constitution mo-NARCIIIQUE,

« Envoyé à l’Assemblée nationale, à la Municipalité, aux Sections et même aux Jacobins,

" Accompagné d’un Avertissement aux Patriotes Parisibnh, trop souvent disposés à mépriser la loi il l’autorité publique pour ne suivre que leur impétuosité personnelle et leur autorité particulière. « Par un Membre du Directoire de ladite Société. « Frappe, maïs écoute.

<’ A Paris, sans date.

(i) Journal fie la Société des Amis fie In Constittition moyiarchique, t. I, n" 7, p. 32 et suiv.