Page:A. Challamel.- Les Clubs contre-révolutionnaires.djvu/150

Cette page n’a pas encore été corrigée


« La minorité de l’Assemblée nationale avoit annoncé qu’elle se réuniroit dimanche 18 avril, dans l’église des Capucins, le chœur où elle avoit tenu ses premières assemblées ne pouvant contenir le public qui avoit désiré y être admis.

« Vers six heures, quelques députés s’y sont rendus, et déjà l’église étoit pleine, ainsi que la tribune, dont les dispositions paroissoient favorables à l’assemblée ; car le vicomte de Mirabeau, qui arriva un des premiers, fut extrêmement applaudi (1). « M. de Virieux monta dans la chaire, et demanda qu’on voulût bien laisser une enceinte marquée pour les députés. On eut Vair d’accueillir sa proposition.

« Un quart d’heure après, l’abbé de la Rochefoucauld se présenta à la tribune ; les huées et les sifflets l’assaillirent avant qu’il ouvrît la bouche, et il lui fut impossible de se faire entendre. « Deux partis alors se manifestèrent ouvertement dans l’église : l’un pour soutenir l’assemblée, et l’autre pour empêcher qu’elle eût lieu.

« MM. Blin, Cottin, Lacoste, Schmith, Landine et autres députés majeurs, qu’on a reconnus, sembloient avoir le département de la nef (2), et M. de Saint-Huruge s’étoit, dit-on, chargé de celui de la tribune. On distribuoit à la porte des écus pour gager les siffleurs, et plusieurs domestiques des prétendus aristocrates ont gagné six livres à huer leurs maîtres.

« M. de Cazalès n’a pu obtenir un moment de silence, et les huées qui l’ont accueilli à la chaire ne l’ont abandonné que lorsqu’il est descendu et a été rendu au sein du tumulte même. « On a renoncé à tenir une assemblée au milieu de ce sabat infernal, et chacun a regagné ses foyers, étourdi deg cris de vive les assignats ou les assassinats (3) ; car il étoit impossible de distinguer les cris payés, dont les prétendus aristocrates ont été assourdis. On s’est assemblé cependant dans le chœur, et on a délibéré sur les moyens de se réunir plus sûrement.

« On demande, d’après ce simple et fidèle exposé ! qui trompe le peuple ? ou celui qui désire raisonner son opinion en sa présence, qui s’en environne, qui appelle à son jugement, de celui d’une majorité (1) « Le vicomte de Mirabeau étoit ivre, et il a été applaudi à peu près comme les Bacchantes applaudissent à Silène. » (Note de (iorsas.) (2) « On demande aux personnes sensées si l’on présume que ces membres se sont ainsi compromis. » {Note de Gorsas.)

(3) » Méprise tout à fait adroite ! » [Note de Gorsas.)