Page:A. Belot - Les Stations de l’Amour.djvu/133

Cette page a été validée par deux contributeurs.


il déchargea encore deux fois, prolongeant et décuplant les transports surhumains qui m’agitaient…

Il était près d’une heure du matin lorsque la voiture qui me ramenait au faubourg Saint-Honoré s’arrêta devant ma porte ; Thérèse, inquiète, guettait mon retour avec impatience. Mes traits fatigués et ma démarche chancelante lui donnèrent l’explication de cette absence prolongée ; elle poussa un gros soupir et, sans me demander l’emploi de ma soirée, me déshabilla et m’aida à me mettre au lit.

Lorsque je fus couchée, elle se pencha vers moi, m’embrassa sur le front et me dit d’un ton de doux reproche ; « Vilaine !… c’était donc bien bon ?… »

Je levai les yeux sans répondre…

· · · · · · · · · · · · · ·
Ta Cécile.



— 131 —