Page:7e Congrès hygiène sociale Roubaix 1911.djvu/19

Cette page n’a pas encore été corrigée


voir l’extension future de nos agglomérations urbaines, tracer d’avance leurs plans, et prendre des mesures telles que les quartiers nouveaux puissent se constituer rationnellement, être pourvus dès le premier jour de leurs voies de communication, de leurs espaces libres et de leurs promenades, au lieu d’avoir à les aménager ultérieurement à grands frais. C’est dans ces cilés futures que se multiplieront à l’aise les habitations de l’avenir, telles que nous les concevons, ornées de petits jardins, faites pour abriter une seule famille sous un seul toit, et libérant l’habitant des villes de l’odieuse servitude de nos casernes à multiples étages.

Mais il y a plus ; après avoir préparé l’avenir, il faut remédier au passé, faire disparaître les quartiers insalubres, créer des parcs et des terrains de jeux dans ces affreux entassements de pierres que sont devenues trop souvent nos grandes villes. L’obstacle à cette oeuvre d’assainissement, c’est, dans l’état actuel de notre législation, la dépense énorme, abusive qu’impose aux communes la procédure de l’expropriation. N’y a-t-il pas aussi des mesures légitimes qui s’imposeraient dans cet ordre d’idées ?

Telles sont quelques-unes des questions dont notre Congrès aura à délibérer. J’arrête nécessairement ici mon énumération, de peur de lasser votre bienveillante attention. Tout d’ailleurs n’est-il point passionnant, dans ce domaine de l’hygiène sociale ? N’est-ce pas l’éternel progrès humain, que d’introduire la raison là où seule la passion régnait ? Tout ce problème social, que nous envisagions jadis sous l’angle exclusif de la politique, nous le contemplons aujourd’hui avec plus d’ampleur et de sérénité, du haut de cette science nouvelle, qui participe à la fois de la médecine, de la morale et de l’économie politique. El si le sujet nous apparaît plus large et plus attachant, nous gagnons aussi à cette nouvelle méthode plus de liberté d’esprit, plus de hauteur de vues, et nous pouvons espérer accomplir une tâche plus pleine et plus utile. (Applaudissements prolongés.)

M. Dubron est obligé de nous quitter. Je vous propose de faire venir au bureau, à sa place, M. Wibaux, président du Syndicat du Commerce et de l’Industrie de Roubaix. (Assentiment.)