Page:18830325 Journal des débats.pdf/3

Cette page n’a pas encore été corrigée


JtlftNAJL DES DBATS Dtr

acteur nous met dans l’impossibiprincipal lit de jouer le FHomp/tt de Trajaa. nous vous prions, nous vcus suppliions de vouloir bien en change fa Testait. accepter Cris, protestations dans toute It Balle. La toile se baisse au milieu d’un tumulte qui ne se contient, ’Pas en des souverains. prsente cependant, ont lieu dans des ,poafrlers la MM.et les directeurs, et le rjaau sa ^ve une seconde fois. C’est ncoji)erms qui adresse au public ces pa roua ironiques La modestie de LL. MM. ne leur a pas permis l’encens qui leur est offert d’accepter dans Trajan. Elles ont daign raccepter et entendre la Jeslatev chapge 4,a commence malgr quelques nj’armures, -et. joue saos encombre., Le motif de ce changement ne fut un secret pour personne dans Paris. En dpit de toutes les finesses des auteurs et des directeurs, il avait t impossible d’rf)lacer les allusions l’adresse de laudativs l’adresse des Napolon ou de les accommoder nouveaux Force avait t de vainqueurs. !Substituer au Triomphe de Trajan l’inoffenrsive Vestale qui fut reprsente avec les dcorations de- Trajan. 26 mars, premire jour^ILundi prochain ne des courses de la runion du printemps au bois de Boulogne. Six prix, dont voici les conditions seront courus dans sommaires, l’ordre suivant La Bourse, 3,000 fr. pour chevaux de trois ans et au-dessus. Distance, 2,200 mtres environ (petite piste). 16 engagmens. Prix do la Grotte, 2,000 fr. pour chevaux de trois ans et au-dessus. 1,60Q mtres Distance, anviron (nouvelle piste). 15 engagements. Prix de Guiche, 8.000 fr. pour poulains entiers de trois aus. Distance, 2,000 mtres envison (grande piste). 17 engagemens. Prix de Lutce, 10,000 fr. pour chevaux de Toi ans et au-dessus. Distance, 2,200 mtres environ (granda piste), 13 engagemens. Prix du Cadran, 30,000 fr. pour chevaux ns sur les entres. en 1879; 2,000 fr. au deuxime mtres environ. 43 engageDistance, 4,200 mena. Prix de Chevilly, 6,000 fr. pour chevaux de ans et au-dessus quatre n’ayant jamais gagn, un prix de 18,000. fr. Distance, 3,000 environ (grande piste). 12 ngagemens.Las courses commenceront deux heures. de Oprations de la Caisse d’pargne dimanche 18 au samedi 24 mars Raris, du Vraemens reus de 9,219 dposns, dont 622.330 fr. nouveaux. FiBmboursemens dont 3,382 dposans, Ir. 12 c. *.O pour solde, 647,077 Rentes la demande des dpoachetes sans pour un capital de 48,391 fr. 95 c. Une exposition et historirtrospective de l’art japonais sera ouverte le lundi que 9 avril, dans la salle Georges rue de Petit, Sze. Cette exposition est organise par notre confrre M. Louis Gonse, directeur de la Gazette de<t Beaux- Arts. Ee sera des plus intressantes et prsentera un caractre tout nouveau. la premire Pour fois, le public sera appel juger de la beaut de l’art ancien du Japon sur la runion des col Sections les plus prcieuses formes par les amateurs parisiens. Oa annonce galement que M. Gonse prd’un grand trs prochaine pare la publication sur l’histoire de l’art japonais. ouvrage Nous rappelons nos lecteurs que l’E dea-Thtre donnera le lundi da Pques, 26 courant, unegrande matine avec Excelsior. Les enfaios ne payeront que demi-place.

DIMANCHE &> M AKS

les, et la fasti- faura bien tirer les consquences de de fait. en l’tat acDu reste, ajoutait tuel, je n’ai plus qu’a me. lus?. Le tmoin pensait ce moment M. Chades actes vanne d’avoir profit6 incapable coupables de Chabrillac. Le tmoin a donn sa dmission parce ne mettait aucune construction en adqu’on et qu’on dpassait les sommes judication votes, Il ignore les faisiflcations qui se produisaient dans les comptes municipaux. M. CHAVANNE dclare qu’il a enfosa des traites pour le payement des entrepreneurs, et qu’il n’a jamais donn d’ordre de gnral les crdits. payer des sommes dpassant LE tmoin giratjbit a vu contrefaire des signatures par Bon. Une fois il Ta vu faire un mandat faux. Il a t oblig de payer 1,200 fr. qui manquaient la Caissse de l’tat civil quand il est arriv l’tat civil. Le tmoin ajoute que des dettes de M. Chavanne ont t payes c’par Chabrillac; taient des fraisd’lection, entre autres des numros du Moniteur de la Loira. LE TMOIN gabeht, expert, dpose que les dtournemens ont dur pendant quatre ans; ils consistaient en faux mmoires et en faux bons sur la caisse municipale. Il estime que les dtournemens 51,000 fr. sont suprieurs Il aurait t possible de constater les dtournemens ds les premiers jours, premire inspection. LE TMOIN RAYMOND, ancien adjoint, dmissionnaire en aot 1879, rappelle le faux commis par Paret, et le refus de MM. Chavanne et Berger de le rvoquer. M0 VEUVE BON, mre de l’accus, a fait connaitre les faux M. Chavanne. Son fils lui a dclar qu’on lui avait appris faire les faux. Chabrillac lui a fait offrir de l’argent pour se taire; elle a refus. Les autres tmoins confirment les faits connus. dj Par suite du verdict du jury, la Cour d’assises de la Loire a condamn 1 Chabrillac ans de prison et 300 fr. d’amende cinq Paret deux ans de prison et 100 fr. d’amende. L’accus Henri Bon a t acquitt.

’pores; destination des abattoirs 4,181 boeufs eux, 26,562 moutons et 2,518 porcs. A l’abattoir de Villejuif, il a t introduit 189 chevaux, 1 mulet et 3 nes, soit en viande nette 47,705 kil. La prfecture de police a enregistr, du 15au 21 mars, 41 accidens, dont 37 hommes et 4 femmes.. Les peraonnes blesses sont comprises dans ce chiffre pour 37; 4 sont mortes des suites de leurs blessures, occasionnes par ds accidens de voitures ou de machines, par des chutes, des accidens de rivires ou autres. L semaine dernire, on avait constat 67 accidens, dont 10 avaient occasionn la mort. Le relev des services funbres excuts pendant le mois de fvrier dernier donne le nombre des enterremens civils comparativement aux convois avec crmonie religieuse. Pour conserver cette comparaison sa vrltable, signification, il n’est pas tenu compte 10 des corps transports l’extrieur de Paris, pour lesquels il n’y a gnralement aucune crmonie funbre au dpart; 2 des mortsns dont les convois ne sont, le plus souvent l’objet d’aucune crmonie. Au mois d’avril, les enterremenq civils taient aux enterremens religieux dans le rapport de 16 100. La proportion s’levait, au mois d’avril 1882, 21,47 0/0 pour atteindre 22,61 au mois d’aot; 22,16 au mois de janvier, dernier, et enfin 23,83 au mois de fvrier. Les divers arrondissemens de Paris prsentent ce sujet une diffrence considrable. Dans les 1er, 8?, 90 et 16 arrondissemens, il y a fort’ peu d’enterremecs civils. Dans les 3e, 4< 12e, 14e et 20<>arrondfssemens, ils sont u contraire trs nombreux. Dans ce dernier arrondissement,: le rapport des enterremens civils aux enterremens re ligieux qui a t, pendant’le mois de janvier 33,94 .0/0, s’est lav; en fvrier, 0/0.de m total des inhumations, pour le mois de fvrier dernier, s’est lev non comles corps transports hors Paria. pris Dans ce chiffre, figurent 2,742 entrretnena dans de* jfos^es onxmuaes, avec des concessions temporaires et 697. avec des concessions perptuelles.

i

r

Librairie.

Le 90o fascicule de la France illustre, de M. V.-A. Malte-Brun, consacr au dpartement de la Vende, est mis en vente par l’diteur Jules Rouff. On y trouve des renseignemens trs exacts sur ce dpartement situation, limites, nature du sol, cours d’eau, voies de communication, climat, culture, industrie, commerce, etc. histoire, statistique, etc., dont la. premire hors Quatre gravures, des vues de la Rochetexte, reprsentent de Font*nay, des Saibles-d’Olonne, sur-Yon, chteau de Talmont. Une carte colorie du de la Roavec plan d-) laville dpartement, che-sur-Yon complte le fascicule.

Les Dessins de Louvre, sommaire de la 42 livraison Troisime notice sur Raphal, par M. Henry de Chenne.vires, et cinq dessins hors texte. Gillot. gravs par Raphal Etude pour la au palmier; Etude Vierge pour la SainteFamille de Franois Ier; Profil d’un desangf.s de la fresque d’H.liodore; la Coupe de Joseph trouve dans le sac de Benjamin. Polydore de Caravage, lve de. Raphal aiguire t panse ornemente. Librairie d’Art L. Baschst; diteur, bouleParis. vard Saint-Germain,

Le nombre des dcs enregistrs cette semsiriu par les mairirs de Paris -s’est lev

Ca chiffre dpasse notablement la moyenne deadcs des quatre dernires semaines, qui es’, de 1,185. Cet accroissement de la mortalit a principalement pourcause la phtisie pulmonaire. Le chiffre des dcs dus cette affection qui avait atteint pendant les quatre semaines prcdentes la moyenne dj trs leve de s’est lev subitement 306; C’est la fait un aussi pr’ mire fois que la phtisie grand nombre de victimes. ATega’rd des maladies pidmiques, la comparaison des nombres de dcs entre cette semaine et la prcdente, fait ressortir Une aggravation pour la fivre typhode (39 dcs au lieu de 36), la rougeole (25 au lieu de 18), la diphtrie (43 au lieu de 38). TJae attnuation pour la variole et la coqueluche (9 dcs au lieu de 13). En ce qui:concerne les cas d’invasion, la situation hebdomadaire des hpitaux accuse une amlioration notable pour la variole. (27 admissions pendant la priode du 12 au mars au lieu de 33 pendant la priote prcdente) et la fivre typhode (48 au lieu Faux It a t enregistr pendant la mme paiode 264 mariages et 1,395 naissances. Cd dernier chiffre comprend 708 garons et 687 filles parmi lesquels nous relevons 1,017 enfans lgitimes, 67 enfans naturels reconnus et 311 enfans naturels non reconnus.. Le mouvement des voyageurs dans les htels, maisons meubles et garnis, du 15 au 21 mars, se chiffre comme smt Nombre de voyageurs inscrits comme tant arrivs Paris, 24,936, dont 8,724 franais ayant:dclar venir de l’extrieur de Paris et trangers. Lenombre de voyageurs ayant quitt Paris est de 23,420. La prfecture de police a dlivr, du 16 au 22 mars, aux ouvriers et ouvrires, 469 livrets; dont 85 enregistrs. Les dclarations de faillites enregistres du 15 au. 21 mars par le greffe du tribunal de commerce ont t de 36, savoir habillement 6 6 luxe, 4 A limentatioa, Mtiment, 6 cuira, produits : bois, chimiques, 1. Cas faillites ont t dclares de la manire suivante: D’office 1; sur requte, 2; sur assignation, 12; sur dpt de bilan, 11. Les chiffres de l’actif et du passif de ces "11 faillites s’lveraient, d’aprs les deraires dclarations faites au greffe fr. 40 c. pour l’acPour le passif tif, 1,715,844 fr. 70 c. Les versamns oprs la Caisse d’pargne se sont levs la somme de 763,610 fr., reprsentant 9,207 dposans, dont 1,600 nouont t effectus Des remboursemens dont 507 solds, pour une 3 oi.b dposans, eoinme de 631,021 fr.3c. Enfiu, il a t achet, sur la demande des dposans, pour un capital de 33,750 fr. 1S c. de rentes sur l’Etat. Du 12 au 17 mars, la prfecture de la Seine a dlivr 29 permissions pour la construction de 110 tages et 25 rez-de-chausse. La semaine dernire, elle avait dlivr 41 de 143 tapermissions pour la construction ges et de 38 rez-de-chausse. aux halles centrales Il a t introduit 618,670 kil: de viande, comprenant 186,121 kil. kil de boeuf, 252,742 kil. de veau, de mouton et 154,949 kil. de porc; 445,755kil. de poissons, dont 400,180 ktl. de mare, et 45 575 kil. de poissons ’d'eau douce kil de beurres en mottes, demi-mottes et petits beurres, 8,452,880 oeufs valant entre 60 et iOfr. e mille; 118,583 kil.de fromages frais et secs; 369,676 kil. de fruits et lgumes; centai320,370kil. de volaille et gibier, nes d’huitres d’Arcachon, Portugal, Maronnes et autres lieux. Au march aux bestiaux de -la Villette, on a constat l’entre de 7,175 boeufs, vaches ou taureaux, 3,076 veaux, 41;602 moutons et lux de la Villette, Villejuif, les abattoirs Fourneaux, Grenelle, les arrivages autres que ceux provenant du march aux bestiaux de la Villette comprennent 1,838 boeufs, 1,580 veaux, 8,644 moutons, 3,016 porcs. Il a t abattu pour l’alimentation de Paris kil. de viande et 20&;994 kil. pour l’usage des communes suburbaines. Du march aux bestiaux da la Villette, il est sorti dssUaiuGR de rst6rJour, S.418

Talleyrand prtre et vque, par Auguste Marcade, vient de paratre chez Ed. Rouveyre eurenom de la rue et G. Blond, diteurs Richelieu. Ce joli volume, une petite merveille de luxe et de got typographiques, aurait pu avoir pour sous-titre l Jeunesse de Talleyrand. = Un. monologue fort la Lettre rose, de M. A. de Launay, vient de paratre la librairie.Ollendo.rff. L’diteur Ed. Sagot, 53, rue d’Argoat, vient de publier un trs fin et trs artistique Portrait de M. Gambilia, grav Tea-forte par M. Eng. Abot, l’aquafortiste connu, d’aprs la photographie de Carjat. Ce qui ajoute l’intrt de ce nouveau portrait, c’est le format adopt, format qui permet de lui donaer place dans les diffrens ouvrages de M. Gambtta Discours et pdaidoyers, Guerre de 1870-71 et Troisime rpublique. Prix des preuves sur papier verg, 2 fr.; sur Chine, avant la lettre, 6 fr.; sur Japon, 15 fr., et sur! parchemin, 20 fr.

BULLETIN

JUDICIAIRE

de

et dtournemena commis au prjudice la mairie de Saint-Chamond [Loire).

La Cour d’assises de Montbrison (Loire) vient de consacrer audiences plusieurs l’examen d’un procs qui a vivement procla population de Saint-Chamond. Les cup fai ts relevs par le ministre public se rapen effet une poque o M. Marius portaient membre de l’Extrme Chavanne, dput, Gauche,, tait maire de Saint-Chamond. Trois accuss ont comparu devant le jury Franois-Louis-Antoine Cnabrillac en- chef de vin^t-huil ans, Ancien, secrtaire l mairie de Saint-Chamond; Constant trente-neuf Paret, ans, em la mairie de Saint-Char ploy et capitaine des pompiers de Saint-Chamond Henri-Louis Bon, dix sept ans, employ 4a mairie-de Saint-Ghamond. L’acte d’accusation ainsi les rapporte charges releves contre les inculps. Vers la fin du mois de mars 1882, le nomm la mairie de Sainton employ dtourna une somme de 9 fr. qui Chatnond, avait t verse entre ses main% par un sieur 1 Revblpour droit d’inhumation. Mv Chavanne, maire de la commune, eut. conaissance de ce fait et s’empressa de coninfidle. gdfer l’employ ,Quelque temps Henri Bon se prsentait, auprs, accompagn de sa mre, chez M. Chavanne, et lui dclarait que Chabrillac, secrtaire en chef de la mairie, avait commis au prjudice de la commune des faux et des dtournemens A la suite de cette rvlation, nombreux. le maire de Saint-Chamond procda une enofficieuse et se livra dans les bureaux qute de la recette municipale des vrification de constater qui ’lui permirent que sa signature et celle^de ses adjoint, avaient t imites sur un grand nombre de pices de compAvant de porter plainte, il crut detabilit. voir se rendre Paris afin de compulser la Cour des comptes les documens des exercices antrieurs 1881, et, l encore, il dcouvrit plusieurs pices fausses. Le 6 juin suivant, deux habi tans de SaintChamond, Longet et Deville, se rendaient chez le procureur Saint-Etienne, de la rpuet dnonaient ce magistrat blique les actes criminels dont Chabrillac s’tait rendu coupable. Ils ajoutaient que cet individu por raison da ces faits, les accusations tait, les contre le maire. ’Le mme jour, plu3 graves M. Chavanne se prsentait son tour au parde la jusquet pour rclamer l’intervention tice. Le une information lendemain, tait oufut mis en tat d’arresverte, et Chabrillac tation. Deux autres employs de la mairie, il a t dj parl et Constant PaBon,. dont ret, n’ont pas tard tre compris; dans les poursuites. Le premier devoir des magistrts tait de rechercher ce qu’il pouvait avoir de vrai y dans les accusations formules par Ghabrillac contre le maire de Saint-Chamond. L’inminutieuse struction et approfondie laquelle ils ont procd a rvl que les trois mandats formant seulement, un ensemble total de 700 fr. environ, avaient t dlivrs aux sieurs et RayDecour, Jour4y en payement de dpenses naud, pour partie personnelles M. Chavanne; maison n’a pu Recouvrir aucune inpreuve, aucun dice srieux t&d&at dmontrer que ces m l^im du tirs, V sut

R. C’est Berger et pour votre compte? vrai. D. Vous a"z af6rm ensuite que M. Chavanne servi de ces mandats et de leur produit pour payer des voitures et dus frais (^impression pour combattra M. RiQharme? -r R. Oui, Monsieur. D. Une scne s’est produite pendant l’ia3truction.,M.. Chavanne vous a reproch vos dpositions contre lui, Vous’avez alors pleur en disant que vous ne pouviez charger M.Chavanne,.qui tait votre bienfaiteur. Plusieurs personnes vous ont engag dire la vrit et ne pas accuser M. Chavanne. R. On m’a engag ne pas charger M. Chavanne, qui m’a dit qu’il se moquait de ses ennemis comme de moi, et que, malgr ma flemme et mes trois enfans, il nous briserait toos comme du verre. C’est alors que j’ai pleur. Chabrillac affirma que M. Chavanne ne l’a pas engag faire des faux, chose 1 qu’il a toujours dclare. Il ajouta n’avoir jamais partag avec M. Chavanne le produit des faux. M. LE PRSIDENTexplique de quelle manire taient fausss les rsultats des votes du Conseil .municipal dans les procs-verbaux ds sances: Ces grattages avaient pour but de rtablir les erreurs des comptes de la caisse municipale.. D. Comment se fait-il, accus, que les faux, si bien imits par le jeune Bon, n’aient jmais t dcouverts ? CHABRILLACOn ne comparait jamais les "registres du Conseil municipal. M. LE PRLSIDENTrappelle que le rapport constate ,141 faux dont le montant s’lve La part de Chabrillac tait de prs de 12,000 fr. par an. .LesJaux consistaient en mmoires fictifs, au bas desquels taient apposs oe fausses

contre ce tions la mairie, fut alors repris par M. Chan’a recueilli gard, l’information deruier de Chabrillac, vanne. que les dclarations Le premier son inculper tmoin entendu est h. Marius qui avait un intrt vident chef pour attnuer sa propre responsabiLe tmoin dclare lit. Marius Chas’appeler Il convient d’ailleurs ancien maire de Saint Chaque Cha- vanne, dput, d’ajouter brillac a Vari dans les accusations qu’il a mond. D. C’est vous qui avez fait entrer Chabrillac formules et rtractes tour tour. la inaM de Saint-Chamond faits constats, les uns ne constiParmi.les ? -R. Oui, tuaient que des irrgularits administratives Monsieur il m’a t envoy de Saint-Etienne. maire i II touchait 300 fr. par mois comme secrtaire ainsi, les signatures des ordonnateurs, et. adjoints, avaient t imites sur un grand de’ la mairie, 800 fr. comme bibliothcaire, 200 fr. comme secrtaire de la chambre con des fournombre, do mandats s’appliquant t faites sultative des arts et manufactures. Il tait nitures relles; des dpenses avaient en dehors des rgles tablies il tonpar les lois et iog et chauff. Paret avait 1,80o fr. chait 200 fr. comme capitaine certains crdits des pompiers. rglemens administratifs, entr la mairie avec 25 ou 30 fr. par avaient t dpasss, etc. Bon, Ces irrgularits n’taient de nature mois, fut augment pas peu peu. D. Comment avez-vous appris les faux’? motiver de la loi pnale. EUejs l’application & Chabrillac vint me dire un jour que Bon ont fait l’objet d’une enqute administrative la suite de laquelle M. Marius Chavane a avait dtourn une somme de 9 fr., reue t avec raison suspendu, Je le renvoyai alors de pour une inhumation. puis rvoqu, pour la mairie. Le soir, il y avait sance du Conavoirlaiss se produire dans son administration d’aussi graves abus. seil, municipal, je fus interpell ce sujet et Les autres faits, constituant, au contraire, le renvoi de Bon. j’annoncai des crimes ou des dlits, Le mardi 30 mai, Mmo Bon et son fils vin-, ont t retenus par rent chez moi et m’informerent l’information. Ils sont Imputables de ce qui se aux trois accuss Chabrillac, la mairie. Paret et Bon, et consistent ainsi que l’on passait J’appris contrefaisait ma signature. dans la fabrication de, mandats constatant des fournitures J’eus peine croire ce que l’on me disait. fictives et portant les fausses alors Giraubit, soit des ordonnateurs, soit des bsecond emsignatures J’interrogeai soit des uns et des autres. nficiaires, ploy de l’tat civil, qui dclara ne rien saChabrillac Sur la prsentation de ces mandats, les ac- voir. J’appelai qui nia les faux. Le petit Franois Paret que j’intertogeai encuss ont. obtenu du receveur municipal la suite ce m’apprit chercher remise de aomtdes importantes rien. J'envoyai qu'ils se sont alors Mme B>n et son fla et les confrontai appropries. avec les employs. Hnri Bon persista dans Chabrillac a commis cent trente-deux faux se dclarations et me donna de’! dtails. de ce genre. Il a en outre falsifi les comptes Je fis appeler M. Menuessier, deuxime adde gestion des deux annes 1879 et 1880 en ne put se dranger. J’allai avec aux chiffres rels de certaines joint, qui substituant Henri Bon chez M. Berger, et le lendemain dpenses des chiffres moins levs et en rles critures de .la recette tablissant ensuite l’aide de surcharges et nousvrifimes Je reconnus bon nombre de siIl a en municipale. de grattages les sommes vritables. sur des mandats fausses apposes outre t relev contre cet accus un abus de gnatures et parfaitement imites. confiance consistant dans le dtournement Je rvlai ce qui se passait M. le juge de d’une somme d’argent qu’il tait charg de remettre la suprieure de l’asile de la paix, lui disant que je n’avais contrl que l’exercice courant, les autres se trouvant Pape. la Cour des comptes. Paret a commis, de complicit A ce moment, les faux avec Chataient videns; mais je ne. croyais faux par l’apposition de pas au brillac, vingt-quatre vol. fausses signatures sur des mandats constaJe partis le soir pour Paris. Je me rendis tant des fournitures fictives ou majores. la Cour des comptes, o je dcouvris de nouBon s’est reconnu l’auteur de douze faux du veaux faux, et j’eus des preuves qu’il y avait mme genre. do gratification de 200 fr. Le prjudice’ rsultant de vol. Un mandat pour la ville au Saint-Chamond do ces actes criminels est avait t major de 100 fr. par Chabrillac, nom duquel il tait fait. Les accuss ont dtourn, savoir important. Je dposai une plainte au parquet de SaintChabrillac seul, 45.988 fr. Chabrillac et PaEtienne. ret ensemble, fr. 5,388 fr. 75 c.; Bon, D. Vous avez su que les faux avaient comChabrillac, qui tait secrtaire de la mairie menc avant 1878? R. Je l’ai appris dans depuis le mois de janvier 1878, avait t antrieurement de Saintemploy la mairie M. LE PRSIDENT, aprs avoir rappel o sa conduite n’avait donn lieu Etienne, que aucun reproche srieux. son arrive les dtournemens ont.d.ur quarante-six mois, Depuis s’tonne que M. Chavanne ne s’en soit pas il s’est livr la dissipation Saint-Chamond, et l’inconduite. aperu plus tt., LE TMOIN Chabrillac avait dclar Paret, aprs avoir servi pendant la guerre que d’s sommes avaient t partages la satisfaction entre lui d ses chefs, a’ rsid avant et moi. Chabrillac est revenu sur ses dclade venir Saint-Chamond, Lyon et Saintrations et a dit qu’il ne les avait faites que o il s’est mari. Pierre-de-Bceuf, Sa conduite parait avoir t bonne Lyon, mais il pouss par mes ennemis personnels. Le tmoin affirme: qu’il n’a jamais pay de a laisse Saint-Pierre-de Boeuf une rputation fcheuse. avec les fonds de la dpenses personnelles ville. H*nri Bon, qui n’est g que de dix-huit Il devait M. Decoeur une certaine somme. an, jouissait d’une bonne rputation. M. Docoeur lui envoya sa note Paris, et, Les tmoins s’tant retirs, M le prsident trois semaines M. Chavarme vint des acaprs, Montalon; procde l’interrogatoire Saint-Chamond. cuss. Il.’offr’t M. Decoeur M. le prsident de lui 6older son MONTALON a Chabrillac en prsence de M. Camille Darnon, Vous avez dclare dans l’instruction que vous compte maire da Saint -Pierre-d*-Boeuf, et fut surpris remettiez falsifis des mandats l’argent M. Marius Chavanne, alors maire de Saintd’apprendre que sa note tait acquitte. Il ne s’en inquita pas, supposant Chamond, et que ce dernier s’en servait pour qu’elle avait t paye par M. Fluchaire, solder des dpenses personnelles. trsorier de chabrillac J’ai en effet dit cela dans un son comit lectoral, auquel il avait remis premier interrogatoire; mais je suis revenq plusieurs fois de l’argent pour payer les frais de son lection, depuis sur cette dclaration. D. Vois u’avrz jams eu de comptes avec D. Vous avez dclar dans l’instruction R. Non Monsieur, jamais. que.M.-Cbavahne tous avait dit avoir besoin Jourdy? M. Chavanne s’explique sur plusieurs mand’argent et vous avait engag faire de. faux dats servi payer des dettes qui n’ontjamais mandats. Plus tard, vous avez avou avoir continu faire de faux mandats au nom de personnelles.

Le ROB BOYVEAU-LAFFECTEURest uo d’une sirop dpuratif reconstituant, saveur grable, et a d’unecompositionxclusivement e vgtale,approuv en 1778 l’ancienne ocitoyale S deMdecinet e par r un dcret e l’anXHI. II gurittoutes d lesmalapar diesrsultant esVices u Sang:Dartres,Scrofules, d d Eczma, Psoricuis, Herps, Lichen, Imptigo, GoutteRhumatisme. Parsespropritspritives, a et sudorifiques, favorise il le diurtiques digestives, des fonctions e nutrition,l fortifie- i d i dveloppement et l’conomie provoquel’expulsiondes lments v morbides, qu’ils soient irulentsouparasitaires. Le ROB BOYVEAU-LAPFEGTEUR P&TASSliM estlemdicament excellence DE AL’IODURE par les accidents anciens uro syphilitiques pour gurir elles: Ulcres.Tumeurs, Gommes, Exostoses,amsH quele Lymphatisme,ld. Scrofulosc la Tuberculose,. et ;, J Dans les toutes Pharmacies. AParis, chez. FERR, Flura>Sl02,r.BickUaIetSncmseordo8QnEU4AfFCT0& JSRrea central mtorologique. ,Samedi 24 mars. L’aire de pressions suprieures 770mm dis. parat de l’Europe, et une forte bourrasque, venue des rgions borales, a son centre sur-*1 le golfe de Bothnie (Uiaborg, 732mm), lle E semble devoir marcher vers le Sud une La dtempte de neige l’accompagne. de Gascogne est comble, et le vent pression est redevenu faible sur nos ctes, mais probablement pour peu de temps. La temprature, tout en restant basse sur l’ouest de l’Europe, est en hausse partout, except sur le sud de la Russie le thermomtre varie d’une part de -24 (Charkof) -f-6 (Mullaghmore) et d’autre part do 8 (Haparanrfa) -f-18(Biskra). En France, de nouvelles neiges sont encore probables dans le Centre et l’Est le ciel va rester nuageux dans les autres rgions. t Adjudications.

DE COLLECTION M.LECOMTE TRAKCOiJRT DEPEU MENS"& MODERNES TABLEAUX DES DIFFRENTES COLES

OBJETS ETECUK5OSIT

’Faences italiennes, hispano-moresques, de Perse Grs de Flandres. Porde Delft et Franaises, celaines de Chine, du Japon et autres, Orfvrerie des X V% XVJ’ et XVII sicles, Bronzes, Etains, Sculptures, Emaux champlevs, Emaux cloisonns beaux Retables, Groupes, Panneaux, Statuettes. DEIl, Il COfflY TB1UEC0VBT DPESBUT DELi Sl’CCESSIOi’ JE LETOUT DROUOT HOTE5L VENTE

Comaaranleatloitft

eft Ad.

divers*

ENCORE IJN 1HILOON! a fait dj trois 1 Et ce n’est pas fini, au train dont marche l’mission de la Loterie tunisienne. Pour rpondre aux nombreuses demandes lui ont t adresses au moment de Pqui le comit nous prie d’informer le puques, blic qu’il a lanc toute la srie de billets entre les numros comprise 2,000,001 et 3.000,000. La mise en vente de ce nouveau million a .t favorablement accueillie des preneurs, ainsi assortir qui peuvent plus facilement leurs numros. en terminant, Rappelons, que l’on peut se des billets, soit au sige du comit, procurer soit chez tous 13, rue de la Grange-Batelire, les dbitans de tabacs de Paris, de province et de l’tranger.

Salle n i Le manii 27 mars 1S83 Salles ns 8 et 9 les -m, 29 et 30 mars 1883, 2 h. comsiissaijre-pb issca M P. CHEVALLIER, suce ae. M. CH. PILLET. rue Grange-Ba*e.’ire 10,

EXPERTS

P’ les Objets d’art Pour A Tableaux M. Ch. MANNHEIIOE, M. E. FB^AL, peintre, faub. Montmartre, 54 7, ru Saint-Georges EXPOSITION, tableaux Salle n 1, le lundi 26 mars OBJETSD’ART: Salles nos 8 et 9, le marcii 27 mars 1883, de une heure cinq heures. JUMaiffiE"~T: ’ AUX ENCHRES PUBLIQUES En vertu de la loi du 23 mai et du dcret du 29 aot 1C63 de

1

Ncrologie M. Varroy, ancien ministre de? snateur, travaux publies, est mort hier dix heures du soir, dans sa ferme de Lacamerelle, prs Epical. Il sera transport lundi Nancy, o il sera enterr.

IBIS, EXPOSITION

Lundi 2. mardi 27 mars

VENTE

M. ls, prsident ajoute qu’on avait pris la mairie de Saint-Chamond une telle habitude des faux qu’on en fabriquait qui taient absolument inutiles et qui n’avaient pour but aucun dtournement. M. LE PRSIDENT interroge ensuite Paret. Paret s’est engag seize ans. Il a pris du service pendant la guerre et a t employ la Trsorerie gnrale du Rhne, il s’est mari, et, en 1878, au mois de mars, il est entr la mairie de Saint-Chamond. Il fut nomm capitaine de pompiers. D’accord avec Chabrillac, il a fabriqu pour l’entretien ds pompes des faux s’levant 5,388 fr" partags avec Chabrillac. A propos d’un,quipment fait par un tailleur de Lyon,, Paret dit que ces .fournitures n’ont pas t payes par des mandats faux, mais ont t ordonnances par M. Chavanne. Paret explique qu’il ignorait que l’on fit de fausses signatures; il ne l’a su que trois jours avant l’arrestation de Chabrillac. chabrillac dclare qu’en effet il n’avait pas dit Paret que l’on faisait des faux. paret reconnat avoir commis 19 faux. m. LE PRSIDENT interroge Henri Bon. Entr la mairie de Saint-Chamond quatorze ans. avec 600 fr. d’appointemens, Bon gagnait -75 fr. par mois. Cet accus reonnat avoir sign pour M. Chavanne, en imitant sa signature, des dlibrations dont les comptes rendus se trouvaient en retard. Lorsque M. Chavanne tait Paris, Henri Bon imitait les signatures des adjoints Raymond et Berger. Il dit que Chabrillac ne lui a jamais rien donn. L’accus avoue avoir fabriqu pour son compte, en les imputant sur ’les frais de bureaux, douze mandats faux s’levant 445fr. La fraude a t dcouverte grce une somme de neuf francs porte par Bon comme reue pour une inhumation, alors que rien n’avait t vers. Le sieur Revol, qui avait pay cette somme, revint la mairie pour acheter une concession, et c’est alors que l’on s’apert du dtournement.. M. LE prsident explique que Paretfit un. procs en diffamation des personnes qui l’accusaient de dtournemens; Ces dernires furent condamnes cause d’une dclaration de M. Chavanne, maire de Saint-Chamond, quidcerjtta Paret un brevet d’honntet* j commettant ainsi, ajoute M. le prsident, use vritable erreur judiciaire.

D. Comment, pendant quarante-six mois, n’avez-vous rien vu ni tu ? R. Sur cas quarante-six mois, j’en ai pass de nombreux Paris, o me retenait mon mandant de’ dput," o bien j’ai t malade. D reste,’ les comptes qu’an me prsentait taient en rgle et ils n’taient falsifias qu’aprs vrifi cation des comptes. M. LE PRSIDENTfait remarquer M. Chavanne combien a.t grande sa ngligence et s’tonne que cela ait pu durer aussi longstemps. Voua aviez t l’objet d’un blm d’une administration prcdente, cela aurait d vous stimuler. Vous deviez vous apercevoir que Chabrillac faisait des dpenses audessus de ses moyens ? R. Je ne l’ai su qu’aprs. Jamais je n’ai autoris Chabrillac acheter une garniture de chemine, une suspension ou autres objets D. Au sujet de Paret et de Bon vous avez eu connaissance des faux commis? -R. Oui, je l’appris par des fournisseurs, et Paret fut congdi; Plusieurs conseillers m’ont reproch son renvoi. Paret intenta un procs en diffamation, qu’il gagna contre les fournisseurs qui l’avaient accus. M. Chavanne explique qu’il croyait ce moment que Paret tait un parfait honnte homme et c’est cette croyance qui l’a fait dposer en hvsur de Parel. m6 LAFAY, dfenseur de Paret, demande si M. Chavanne a autoris l’accus se commander un costume chez M. Mortesu, et des paulettes chez MM.Bert et Ruettard. R. Je ne m’en souviens pas; mais je ne le crois pas. m. berger, adjoint de Saint-Chamond, dpose qu’il signait des mandats en l’absence de M. Chavanne. Il a t fort surpris lorsqu’il a appris qu’on lui avait fait signer des mandats faux. Chabrillac a avou qu’il tait l’auteur, de ces taux. Le tmoin rapporte que Cbabrillac tait toujours prsent lors de l’puration des comptes; M. Chavanne avait autoris Chabrillac toucher l’argent d aux rservistes et c’est sur ce crdit que l’accus a mandat des sommes suprieures edlei qui avaient t votes par le Conseil munies pal. CHABRILLAC reconnat avoir augment sur les mandats les sommes dues aux rservistes. Il bnficiait de la diffrence. Pour expliquer comment le receveur a pu payer des sommes dpassant les crdits vots, Chabrillac dit que le receveur tait autoris par M. Chavanne payer les mandats malgr qu’ils fussent suprieurs au crdit. Le receveur avait reu de M. Chavanne des crdres crits pour cela. M. LE PRSIDENTraconte l’histoire de la ’mairie de Saiut-Cbamond, construite sans adjudication ni devis, et qui a cot prs du double de la somme vote. Mecuisson Avec qui correspondait M. Chavanne, lorsqu’il tait absent ? C’est Chabrillac que les let,m. berger tres taient gnralement adresses. M. mennessier, adjoint depuis 1881, s’occupait principalement de l’tat civil, de la voirie et de la police. Il a appris les dtournemens, grce l’affaire des 9 fr. perus indment et gards par le jeune Bon. dit POUJET Csar, ancien conseiller municipal, a appris les dtournemens commis par Chabrillac de la mme faon que les prcdons tmoins. Ce tmoin rappelle la dposition de M. Chavanne dans le procs intent par Paret plusieurs ngocians, dposition qui a amen la condamnation des trois ngocians. M. Poujet dit que jamais M. Chavanne, n’crivait ses adjoints c’est Chabrillc et au concierge de la mairie qu’il s’adressait. Le tmoin ayant manifest son tonne,ment de voir les trois accuss sur le banc de la Cour d’assises, alors que leur chef n’y est pas, M. le prsident l’invite se modrer, et dit qu’il dpasse son droit de tmoin en attaquant M. Chavanne, contre lequel une in.n’a relev aucune struction minutieuse charge, Vincent dville, ancien conseiller municipal, dpose que Chabrillac avait avou les dtoumemens qu’il avait commis et avait dnonc M. Cbavanne comme tant son complice. Chabriao ajoutait: Je n’ai pas de fortell preuve &oatrs M, OhftVA&ac, vs6 vnl, c maie j’ai pay pour lui (Ci ass

Recettes

des

chemins

de fer

Jeudi 29 mars a une heure et demie, De midi a trois heures. 1883, AU PALAIS DE LA BOURSEDE IAIU%. Grande salle des courtiers. Entre sous la colonnade, ct de la rue de la Banque, porte n 47. Frais, fr l?fl/0. FERRY. NATHAN,courtiers de marchandises, aube, asserments au tribunat de commerce de la Seine, ni, rue Montmartre. (Seine) avenue de

.Pu 5 au 12 mars. Lyon Mditarran.. (Nou* rseaa. Rhne au Cham. algriens.^ Nord. -NOUV. rseau}. Nord-Est. Lille Valen. Lille Bthune Lig. d’int. local Lig. de l’Etat expl. 8.141 par la Compagn. Ouest (anc. rs,).. 749 638 (Nouv. rseau). 1.220 Falaise Berj on -Rseau 43.351 spcial. Orlans (anc. res.) 860.399 {Nout. rseau), 7.027 -Lig. del Sarthe de l’Etat expl. Lig. 8 742 par la Compagn. Est (anc. rseau). i.299.620 (NouT. rseau). 72.634 Rseau spcial. Lrouvile Sedan 69.374 et div. aut. lign. 1.294 484 Midi (anc. rseau) 519.618 (Nouv. reseau) Chemins de fer de 363.837 l’Etat 45.465 (Nouv. rseau). DombosetS.-iSStr 18.710 Mdoc. Vitr Fougres. 13.509 Parpign. Prade 4.043 Gaen lamer. 13049 Srault.. autrichiens. i. 1.842.902.. 1.726.960 3ud-Autr.-Lomb 399.5t7 Nord-Ouest d’ Aut.. 233.720 (NOUV. rseau). 1.002.838 Itadrid-Sar.-liC Mrida 27.65. Sville-Huelva. 994.847 NorddePEsp&jma 259.683 Andalous 82.325 A.sturies. Galice.. 65.670 Madrid-Portugal 214.444 Portugais. 9.444 (Nouv. rseau). t882. Diffrence. 6.037.417140.824 i5t.618 iliS"; 439,833+ US. 208 140.853 22.644 140.729 158.135 2 389.706 2 410.848 21.139 329.147 3.635 1.011 45.142+ 36.25 36.441190 20.700 20.8501B0 4.111 7.035 + 1.397.015 743090+ 796+ 1.106 6.548 424 11.169 1883.

prs le bois. A abj, en tots, s’une ench. en la ch. desnot. de Paris, le 17 avril 1883 l"jLOT,Htol et dpend. C", M. pr. lf,0,fl00 fr 2 LOT Jardin et communs. G’, 3,82t. M. pr, HK.Oofr. Facult de runion. S’ad. Boulogne. p’ visiter, r. de Parchamp, 2,M.Bosquet,arch.,r.desTiileuls, 65; Paris, M. demonts, not., 8, pi. de la Goncorde. 270ln40. Jouiss. maison et DPEiwsMnmArT du 1" avril proch. Paris,10etlti&w,r.de lyuUU c Rev., 7,500fr. a ADj",srune ench., ch. des not..de M. pr. le 80,000 f. 1883.S’ad. aux not. 17 avril Paris, a Paris, m fovard, 94, b. Haussmann. et M" de i?A berthellire, 5, faub. St-Honor, dp.’ de Fench. S.-et-O.)- a, 7 hect. M. a pr. 150,000 fr. A adjuger, s une ench., en la ch. des notaires de Paris, le 10 avril 1883. S adr. M. SURRAULT, ot. Paris, 5. r. de Cry. n MAISON Cont., 405Pans, r. de HIISjHlflkS/, Ol env. R. brut, t5,175 lr. M. a pr., 160,000f. A adj", spune ench.. en la chambre des notaires de Paris, le 17 avril 1883. S>adr. a w PAULgirardin, not., 85, r. Richelieu. Maison V Revenu 18,880 f. M. Paris, n fil* AlVIfC! 0. p.: l80,000f. Aadj.,s’ il. lnAI)illAl, une ench., en la ch. des not. de Paris, le 17 7 avril 4883 S ad. Mdemonts, not., 8, place de la Concorde. desnot. de S’uneench., enlach. Il 4I 0:v’ Paris, le 17 avril 1883, d’une f&iftlIHi pouvant tre transforme en prairie, Survilliers, oa deLuzarches (S.-et-O.). C. 193 h. 70a. 14 c. Rev. net, 21,000 f. par bail expirant en 1896. Chasserserve. Mise prix baisse 400,000 fr. S’adr. M. CHAMPETIER RIDES,not., r. DE Castigjione, 10.

2.281.033 1.004:506144.106 22 7.004+ 1.201+ 879 80163.310+ 66.270+ 1.300.012 7.541 21.93i 23.679 9.324 3.104 5.527 5.568

343.844+ 19.993 44.063 + 1.401 89.168 Il.98’. 200 i8.510 + 16.002 2.493 604 4.647 n.212 4.162 1.553.202 + 309.700 79.6t6 1.647.343+ 43.347 38.072 967.589 + 115.249 3.424 155

chauss. de l’Egne avec pavillon, "Iillyfi.tang,44,AADj, Bmaisondecampa-ciTM Jijnri enlach. Paris,le3avrili883. 1. 106. 896 1 il. "48 s’uneench., 78,000 f. des not. de en sus M. a p. Mobilier 22,600 f. 206.080 + 53.603 S’ad. M. gudon, not., r. St-Antoine, 72.988 + 9.334 51.756 + 13.913 7.467 221.912 Aicis auX:Wct!onnaires. 12.555 1.111

Bulletin

de

la

mortalit

Du 16 au 22 mars. Paris (population de 1881) le Tecensement d’aprs 2,239.928 habitana.

Dcs Semaine de la sem, pr courante. cdente 39. ,30. Fivre typhode.. -- Typhus 9 13 Variole.. 25 18 Rougeole 1 2 Scarlatine. 9 Goquelucfie. 38 croup Diphtrie, -Cholra pidmique.... 1 Dysenterie 5 6 Erysiple 1 5 Infections puerprales. Autres affections pidm. 60 48 (tub. et aigu) Mningite 306 238 Phtisie pulmonaire. 8 13 Autres tuberculoses. 69 61 Autres aflections gnr.. et dbilit Malformations 69 87 des ges extrmes. Bronchite M aigu.ci 91 Pneumonie 128t Diarrhe infantile. 72 Cholra nostras. locales 380 379 Autres maladies 4 2 Fivre inflammatoire. infectieuse. 1 2 Epuisement.. Causes non dfinies. 32 30 Morts violentes.. 7 14 causes inconnues Total des dcs. 1.316 1.209

Les administrateurs de la Compagnie du chemin de fer du Nord ont l’honneur de convoquer MM. les actionnaires pour Je samedi 28 avril 1883. trois heures de releve, salle Henri Herz, rue de la Victoire, 48: En assemble gnrale conformordinaire, ment a l’article 34 des statuts, pour entendre le rapport du conseil d’administration sur l’exercice 1882, statuer sur les comptes annuels de la Socit et voter les crdits ncessaires pour la des dpenses de premier tablisrgularisation sement faites sur l’ancien et le nouveau rseau et sur d’autres lignes de la Compagnie; Et en assemble gnrale extraordinaire, l’effet de dlibrer sur une convention conclue avec M. le ministre des travaux publics pour ^exploitation provisoire de la ligne de Lens Bauvin-Provin. Conformmeqt l’article 36 des statuts, il faut, pour avoir droit d’assister l’assemble gnrale tre possesseur de quarante actions au moins. Les titres et les procurations doivent tre dposs avant le 13 avril prochain, Paris, au de la Socit, rue de Dunkerque, 18, ou sige Londres, chez MM. N.-M. Rothschild et fils. Ceux de MM. les actionnaires ont quarante actions au moins dposes dans qui caisse de la la compagnie recevront par la poste leur carte d’adGrande

Socit

Recettes du mois de janvier 1883, au cours actuel du rouble. Fr. 7 967 500 Contre, en janvier 8.4P7.900 Pour le mois de janvier 1883.. Fr. 440 400 Recette l’ sem. fv. 1883.. Fr. 1.827.200 18S2-. Pour la i" semaine fv. Fr. -f

mm. bjsjoc k c’, banquiers,

rue LePeletier,

e.

Le meilleurromde, le plus prompt, le plus efficace et le milleur march dans les **A5* ,&PAPISIl IAR. 1 i?. &’feoiW