Ouvrir le menu principal

Page:18830318 Le Constitutionnel.pdf/3

Cette page n’a pas encore été corrigée


On annonce la mort de Karl Marx, le fondateur de l’Internationale.

Karl Marx, était né à Trèves en 1814. Après avoir fait ses études à Bonn et à Berlin, où il se lie avec ce qu’on appelait la gauche hégélienne, il alla rédiger la Gazette rhénane à Cologne, en 1840. Ce journal ayant été supprime en 1843, il vint à Paris avec sa jeune femme et y publia en 1844 avec les hégéliens de gauche, Ruge et Heine, les Deutsch-Franzaesischen Jahrbucher. Dans ce recueil se trouve déjà son idée du socialisme moderne. Il publia en outre, coup sur coup, une Révision critique de la philosophie du droit de Hegel et la Sainte famille contre Bauer, Bruno et consorts.

Cependant, Karl Marx ne s’attarda pas dans les spéculations philosophiques et se tourna entièrement vers les clubs socialistes. Expulsé de France à la requête du gouvernement prussien, il se réfugia à Bruxelles.

Il publia en 1847 la Misère de la philosophie, en réponse aux Contradictions économiques, ou philosophie de la misère, de Proudhon. Puis, avec Engels, il lança le célèbre Manifeste des communistes, qui est devenu la profession de foi de la majorité des socialistes européens.

Après la Révolution du 24 février, Marx fit un court séjour, à Paris et partit pour Cologne, où il ressuscita la Gazette rhénane, qui fut supprimée en 1850 par le procès des communistes de Cologne.

De nouveau proscrit, Marx se réfugia à Londres, où il se fixa.

Les années qui suivirent furent employées par Marx à fonder l’association internationale des travailleurs et à formuler les théories du socialisme historico-scientifique, dans la Critique de l’économie politique (1859) et surtout dans le Capital (1867), qui est son œuvre principale comme écrivain.

Jusqu’à sa dissolution, Karl Marx prit une part très active à la direction de l’Internationale, et depuis il s’est activement occupé de la fondation de quelques-uns des partis ouvriers actuels.

Le Capital n’était que le premier volume d’une étude qui devait en avoir trois, il laissé le second volume intitulé : la Circulation des richesses, assez avancé pour être publié.