Ouvrir le menu principal

Page:18830317 Le Gaulois.pdf/4

Cette page n’a pas encore été corrigée


LE GAULOIS.

dans son �tincelant feuilleton du lundi, ex�cutait les pi�ces nouvelles. le temps o�, dans. ce m�me Fp~C’�tait M. Henri de P�ne d�butait dans la K< politique int�rieure par un premier article, si r�ussi que pastiche deceuxdeVa.cquerie, Victor Hugo en adressait des compliments � celui-ci o� Philox&ne Boyer, qui venait d’h�riter de son professeur de grec de p�re, donnait, � la Maison-d’Or, un bal de Pierrots c�l�bre ; o� G�rard de Nerval pleurait parce qu’on lui avait coup� douze lignes dans un article sur l’Hindoustan. Et autour de ces jeunes gens papillon’ nait un essaim de femmes spirituelles ou ravissantes, souvent les deux, les Muses Suzanne de la maisoa, Lagier, Judith, Alice Ozy, etc. ; essaim qui s envolait effar�, lorsque de temps � autre apparaissait la figure du ma�tre � demi voil�e. La pi�ce que M. Vacquerie faisait repr�senter hier soir � l’Od�on date, para�t-il~ de cette �poque. Elle s’appelait primitivement le .F~~M~ de ~c/y, et n’a que depuis celui de sa peu pris le nom de jFo~o~ principale h�ro�ne. Beaucoup de raisons avaient emp�ch� jusqu’� pr�sent l’auteur de consentir � laisser repr�senter son oeuvre, entre autres la difficult� de rencontrer une com�dienne pour personnifier Formosa. Cependant, il y a quelques mois, il vint, � la sollicitation de M. de La Rounat, voir etentendre Mme Tessandier, et fixa sur elle son d�volu. La charmante artiste est fort belle sous la perruque rousse de Formosa. Elle est, suivant sa coutume, merveilleusement ha hill�e. On a surtout admir� au second acte, sa robe de velours vert-bouteille, jupe et devant en velours de G�nes brod� d’or, avec le grand col plat ouvert, qui est une v�ritable merveille. Tous les costumes de la pi�ce m’ont d’ailleurs paru tr�s soign�s. A remarquer entre autres le pourpoint en peluche mar-i ron de Paul Mounet, r�ellement superbe de tenue et d’allure sous les traits du Faiseur de rois. En pronon�ant tr�s exactement Ouarick, les com�diens du second Th��tre-Fran�ais ont prouv� une fois de plus leur parfaite connaissance de. l’anglais. Les d�cors sont fort beaux. Celui du pr�* mier acte, avec ses maisons en pierres, son grand mur sombre, garni de contreforts �pais qui s�pare la rue des jardins de Formosa, rappelle de tr�s pr�s le d�cor analogue du Roi s’amuse. Tr�s amusante lampe MAISON m ?iTMr)ntW ~Rovenu :38,200fr. V< M. Apr, 400,OOU U 1 r4. &pr. 400,000 fr. A � Paris, av. fr : ~1) 1 lll’ AiUii~ A ADJ", B" uneenoh., en la ch. des not. de Paria, le 20 mars 1883.-S’adr. aux not. M* Fohtaca, 10, rae Boyale,etM’BzzANSON,8,q.duLouvre,d"dol’enoh. Etude de M* MARAis, avou� & Paris, rue du 4. Marohe-Sa.mt-Honor6, ~"x cri�es du tribunal de la. Seine, le tijin i tfPMTTP JU mercredi 28 mars 1883, � deux heures En un seul lot CAMPAGNE r.~MtSMDE formant tout un aise & MAlSONia-LAFFITTE, entre le cercle de la Gloire et les avenues de �lot la MoskoWa, Forbin et Desaix. ET bois�, propre �b�tir, Qo D’UN TFDBtt~ i MUM.AM’) sis au m�me lieu, au BS��~ ~ss avanue* MontebeUo et Jean-Bart. Entr�e en jouiasanco le 15 juillet t883. Miae & prix. 100,000 fr. S’adresser audit M* MARA�a. avou� poursuivant, et � M’ Le Villain, notaire, rue Boissyd’Anglas, 9. MAISON irtIMTHMtt t f jtR R~- ?-SM fr. P. 10 M.�p.80,000f. APAM.rue Z)Ij~jT1111I11L1’l~ ’1 MgAp803 00 f. fiiUiMtLL~ A ABJ", e’ une ench., oh des not. de Paris, le 3 avril 1883 S’adr. aux notaires M" Berceon, av. de l’Op�ra, 4, et DEV�s, rue Lamtte, 3, d�p. de l’ench. 28. IMT HC~T A PARIS, rue de S�vign�, 1� 11Y~AS1111 Cont.8Mm.Rov. ae~ A` PdE~IB’ rue ae s�vign�, 99 c. HiAtSui~ net :i8,730fr. Du au C. 6d.t foncier 215.000 fr. M. � pr. 4~5,000 fr. & PARIS, rue Daubenton, 5 ; 2’1jt !!6~M)ET� du GrU, 1 & 3, et r. Ceaaier, 12. iimEr r.

SAMEDI i ? Mars 188$

Pendant les f�tes de P�ques, par exemple, l’Ambigu donnera en matin�e son grand succ�s de l’As ~e <f~e les dimanche 85, lundi 26 et mardi 27 courant. vient M. Truffier, de la Com�die-Fran�aise, d’adresser les vers suivants � sa camarade, et � M. Lagarde, � Mme Samary-Lagarde propos de la mort de leur fille Andr�e La. tombe est, plus ou moins. proche du baptist�re ; Mourir est lovra-i but, nous courons au-devant. Ne regrettons pas trop ceux qui partent avant De savoir ce qu’on risque � s’attarder sur terre 1 Votre douleur est la, douleur h�r�ditaire, Tour � tour inflig�e � chaque survivant A qui d’amers regrets font envier, souvent, La froide volupt� de vivre solitaire. Cependant, quelque baume est pour vous dans le Si v�tre nite, amit), d’un �lan virginal, ( mal : N’eut fait sit�t retour � la sph�re azur�e, destins ha.sardeux, Vu, quelque jour, h�las son �me tortur�e Par l’horrible tourment dont vous souffrez tous deux. Elle e�t, peut-�tre en proie aux

de nuit du temps encastr�e au milieu mur dans sa petite armoire. Jusqu’au ment o� on est venu l’allumer, tout le blic l’avait prise pour une bo�te lettres.

du mopuaux

Le second et le troisi�me acte ont soulev� un grand enthousiasme. Apr�s ces deux actes les acteurs, redemand�s par la salle enti�re, ont d� repara�tre apr�s le baisser du rideau. Cela se comprend d’ailleurs. M. Vacquerie ne devait-il pas d’avance �tre s�r du A~~F CHOUFLEURt

LECAMET FANATEM M

Plusieurs de nos confr�res, inspir�s par je ne sais quel g�nie fantaisiste ou dupes de quelque l�gende bien imagin�e, se sont plu &faire presque l’historique du bel ameublement en vernis de Martin qui va subir aujourd’hui le feu des ench�res salle n" 1. Certes, les peintures ex�cut�es d’apr�s les plus heureuses inspirations de Lancret et de Watteau, la finesse de ciselure des bronzes indiquent bien que ces meubles ont �t� faits avec des soins tout particuliers ; mais de l� � leur attacher un souvenir historique il y a loin. Ni la comtesse Du Barry ni la marquise de Pompadour ne les ont vus. Ils sont de travail moderne, et nous tenions � bien le d�clarer ici, quoique notre catalogue l’indique suffisamment, pour �viter toute erreur de la part des nombreux amateurs qui semblent les d�sirer. Ils font le plus grand honneur aux artistes qui les ont peints et � ceux qui les ont compos�s. Ce sont des meubles d’art dans toute �’acception du mot. En m�me temps seront vendus aujourd’hui les fauteuils des Cfobelins et le salon en tapisserie Louis XVI, les panneaux � sujets champ�tres et les mervejLlleuses �toffes brod�es, puis la suite de petits meubles de toutes formes Louis XV et Louis XVI. Cette vacation sera assur�ment la pluz int�ressante de Mme Elluini A. Celle d’hier, presque exclusivement consacr�e aux petits objets, a. produit 24,688 francs. 4RTHUR BLOCHE

lante. Le mot d’ordre dans tous les th��tres est : pas d’abstentions) Et, sauf les cas d’absence ou de maladie, tout le bataillon dramatique sera ce soir au complet. Aux amateurs d’aimables tableaux, je recommande les deux grandes avant-sc�ne : celles de gauche, o� Mme Judio, en toilette de c’est la premi�re fois qu’elle est infibal, d�le au costume doit tr�ner avec sa cour habituelle ; et celle de gauche, qu’occupera robe en napoliMme Valtesse de la Bigne de gaze bleue, corsage court taine recouverte et rond fronc� � la taille et rattach� aux �pauentre Mme les par deux noeuds de perles robe de cr�pe et faille Adelina de Bremont blanche � longue traine, parure de diamants et de perles, et Mme F�licie Marmier robe de velours de G�nes, fond ros� � grandes fleurs noires. Loge tr�s pschutt o� foisonneront les hemmes du monde, les gens de lettres et les peintres. A regarder aussi, avec ou sans lorgnette, le plus pr�s possible, la loge des Rieuses, pr�sidente en t�te, la jolie Julia de Cl�ry et l’aiEt celle de L�onide mable Marie Leroux. Et les �tincelleLeblanc 1. Et les autres faudrait Hom�re ments de la fournaise )II doubl� de Parny pour faire dignement cette nomenclature 1 Bref tout ce joli monde est d�cid� � s’amuser et & rire, et il ne demand� que des complices. Ils ne manqueront pas 1 Le -P’f<MpoM de M. Alexandre Parodi, au Th��tre-Fran�ais, re�u primitivement passerait au r�pertoire de l’Ambigu. Mme Sarah Bernhardt a pris -M~OM 7’ sous sa protection et veut monter avec le plus grand soin la seconde oeuvre dramatiqus de l’auteur de .RoMM vaincue. La grande artiste serait dispos�e � en cr�er le r�le principal. Enfin, Mme Favart, engag�e sp�cialement, repara�trait � c�t� de son ancienne camarade. La - !M<~MpMo ?t, de M. Gounod, sera prochainement ex�cut�e au Trocad�ro. Le compositeur vient de s’entendre � ce sujet a.veo MM. Vaucorbeil et Oarvalho. Il y avait trop que M. Albert longtemps livrets d’op�rette, Vanloo, l’auteur de tant de mariait, au troisi�me acte, la divette avec 1~ t�ronino �a devait mal finir. Hier a eu lieu, a la Mairie du premier arrondissement, le mariage du sympathique auteur avec Mlle Lef�vre. Nos plus sinc�res compliments. Les derni�res r�p�titions de l’A~ de <f< o� toute la troupe a, si vaillamment combattu et triomph�, ont litt�ralement mis l’Ambigu sur ses boulets. Pour donner un peu da repos aux com�diens, il n’y aura donc pas de matin�e dimanche prochain.

t Une autre fois, et c’est sa derni�re trouvaille/il a mis la main sur un Moli�re in�dit t Gui, dussent les incr�dules se r�crier, M. Louis M�nard a d�couvert la copie d’un manuscrit qui est l’oeuvre, demeur�e ignor�e jusqu’ici, de l’autour de r~r~M/~s, et le sujet tM~OtM. � trait� est pr�cis�ment l’~Mtpos<eM ?’ t Tout d�montre que cette oeuvre, d’une hardiesse singuli�re, ce qui explique pour-’ quoi elle n’a pas vu le jour, est ant�rieure � la com�die que nous connaissons. C’est une satire audacieuse sous forme de dialogues, dans lesquels on voit para�tre le Grand Roi lui-m�me, le p�re Annat, J�suite, son confesseur les accusateurs et les juges de Fouquet. L’�pret� am�re des pens�es, l’�clat du style qui �gale, s’il ne d�passe m�me, les plus beaux passages du raWM~�, feront de la publication prochaine de ce manuscrit un �v�nement consid�rable dans le monde des lettres. �

nous indiquons nos pr�f�r�s dans l’ordre nous les classons avec un d�part.

o~

M. Duhamel, l’amusant grime de l’Ath�’ n�e-Comique, est engag� pour deux ann�es aux Menus-Plaisirs. Mme Elise Dugu�ret, engag�e sp�cialement, cr�era, au Chateau-d’Eau, le principal r�le de l’Oiseau de p~oM, drame en cinq actes de M. Alexis Martin. Distribution des r�les dans le Premier .BaMef, dont la premi�re repr�sentation est toujours fix�e, a.ux Nouveaut�s, � mercredi prochain : MM. Berthelier Zug Johann Vauthier Bonnet M. Hans Boch Le d�l�gu� Scipion Charvet Frippel Suzel Mmes Marg. Ugalde t J. Darcourt H�l�na. Bettly E.Clary MmeHanaBoch Felcourt Am�lie Ducouret Greth Norett� Roeschen Lucy-Jane Le spirituel comique du Palais-Royal, M. Milher, donne encore aujourd’hui la premi�re repr�sentation, d’un vaudeville en cinq actes aux BouSes-du-Nord. Titre Les Femmes en ~r�fs. Mlle Liona Celli�, prise d’une forte laryngite, a d� abandonner pendant trois jours son r�le du CoMC� !<. Quoique encore tr�s malade, elle l’a repris hier, et avec succ�s. Un �cho de th��tre qui nous arrive en droite ligne du Palais. Dans un r�cent proc�s, M" Limet, plaidant pour M. Louis M�nard, et faisant l’�loge de son client, a dit au tribunal ce qui suit

COURSES SAINT-LOUIS POIMY A DE Premier j’oM~. VeM~fMK ~< ? Ma~ Malgr� le patronage de.la Soci�t� d’Encou~ ragement, quioffre� cat hippodrome naissant t des allocations s’�levant � 25,000 fr., pour l’ann�e 1883, nous doutons qu’il soit appel� & un grand avenir ; le terrain de courses est trop �loign� de la gare, ou les moyens de locomotion font d�faut, et ~e trac� de la piste, laisse encore � d�sirer.. N�anmoins, nous faisons des voeux pour sa.. r�ussite, persuad�s qu’en multipliant les l’eu nions sur les hippodromes soumis aux r�glements de la Soci�t� .d’Encouragement, on arrivera bien plus s�rement � la suppression. de tous les champs de courses qui font da sport avec le seul but de la sp�culation, et qui sont impuissants � r�primerles tripotages les plus honteux. Ce soir, au Palace-Th��tre, soir�e-spectacle Il y avait peu de monde, sauf les int�ress�s, et f�te de nuit. ou entra�neurs ; et trois �preuH)AUR)CE OROOHXKAU propri�taires ves sur cinq ont pr�sent� un int�r�t bien �t� m�diocre. Sire-de-Gamache a eu la veine de faire tS-E&A.N’D-EEOTEI~ M~A-OMe~dansIe prix de La Veine, o� son. Programma du diner-conoart du i7 mars poids de 78 kil. lui donnait peu de chances. 1883. Le premier prix d’Ouverture a �t� un match entre notre fa voriMafc~ et Chamb�ry ; le J. Gung’l Marche des Conscrits. cheval du comte de Juign� a battu son conLe Message, valse sur des mocurrent. dans un canter. tifs, de G. Na.da.ud. Desgranges Notre favorite O~eMeII a ~’emport� tr�s Auber Ouverture du Domino noir. facilement ]e prix de la Soci�t� sur Madame II, Gavotte (1~ audition). Desgrang~s qui devan�ait Bagatelle de trois longueurs : Fant. sur la Somnambule, claLe deuxi�me prix d’Ouverture a �t� de nourinette, M. Verney, violon, veau un match entre Bergamott.o et V<~eW< M. Na�gelin piston, M. cette derni�re a gagn� tr�s facilement de Mallet. B�Uini plusieurs longueurs. A Thomas Ouverture de Raymond. <St6~e a cueilli le prix de la Reine-BlanJ. Gung’l Marien, valse che qui a �t� la course la plus int�ressante da H. Strobl Cherchez la femme, mazurka.. la journ�e, battant Rou Rou et Catalane. Les Fantoches, galop. Kaulich Non plac�s Panama, BeHe-du-Jour, SsOrchestre de M. Desgranges. gr�enne.TabarkaotMameluck. Marcel a �t� r�clam� pour 7,060 fr. par la capitaine Fritz et Val�rie pour 6,135 fr. par M. Li�nart.

S F

0

�CH~DESTHMTMS

Ce soir, l’Op�ra, bal de l’Association des artistes dramatiques. Si j’en crois les bruits de coulisses, cette Mte promet d’�tre exceptionnellement brilt Iouer,Af’P*BTt :<))H)T3’�t ,3ch.aoouch.,salon,ba !o~ A 7, av.Mao-Mahon.Vue pl.de l’Etoile. Pr. 1,800 fr. MatMU BfECVB onen pMd MM ! TAtOE RereattparbM : 8,480 h.. tmort’1,292 [r., an tota).9,742 fr. � raison de 1,000 fr. par mois Payable Jt’tt.tMM.tMZ BETBNTMS &.C"f. fteCAttMHftM A B ~t )hs%J ~�* f~eny, ~9 t B BtB& OU M &BH < PROXtMtTt PARCOWCK9 ~ Pj L~ARTISTE

Aujourd’hui courses & Maisons-Lamtte, & deuxheures quinze. Train sp�cial Gare Saint-Lazare, a une heure vingt. Nos favoris Couleur-de Ros�, .PfM ? .F~rcaccMM. Al�a. Prix ( ?OM<f<a :M. Cl�mentine. WoodMne. ~MO Consul. Ecurie Savard.- MM. Al* len. Balatre. jPfta ? Surprise. Itys. frta ? Astrolabe. Stathouder. Albany. du chroniqueur est tr�s diinoile La t�che dans ces courses o� souvent deux ou trois chevaux se pr�sentent seulement au poteau ;

ANGLAISES Mtar< ZfeeMM~~e -Def�y. (Par d�p�che) (course de haies.) .DoM)’M~e-.S~M~ !(Mp 1 Mynheer, 4/1. 8. King-Archibong. -De~&v F~M~tcap (steeple-chase.) 1. Lord Chancellor, 5/1. Grreen-MUe. ASCOT ts <jM)"<t~ !tp<~M< !& !e.’ns LA7&L Impntnerte du ScMiott et da fttfM-~b~ftta~ r<u !ttt J. ~.noa’s'TZ, boiliMv.H’d t<t)it)B’i dM 9. Ttr~ CMriTtprimf~eSnntt.t.Et : Ctrtottrea A*t* f<mc)erie Wtrntry frtrM

COURSES

vendre tM& !oUH&BUULEW WULtMtMB

P&r suite d’une nouvelle combinaison, le .Moiti� <M’<t~M, journal des th��tres (hebdomadaire), 17, rue PigaUe, rembourse � ses abonn�s l’�quivalent en musique du prix de l’abonnement. Envoi gratuit, sur demande, d’un num�ro explicatif.

ILEMBE ARTISTE

BEAUX APPARTEMENTS tfta Men O~oor�S,compoa&t’le <chtmtM’ea t coucher. (pnmd Miot~ aane t mMtger, ofBce. anUchambre, E��et < ;M,esc�uer ohaufT�. jRez-<l< eutetne, etc.

REVUE

DE PARIS

t.ttoe tr. Omnt))tM, a.sco fer,passagH ~tMust�e : 3,000 tt. i"ehemtM tr. �tage : de d ~tage : $

tMtt trtMtWW tet)t*ttMt t hth~M <*MtM9<’i !mtMMb OU VENDRE : Mtels, PMIB caf�a.vins.t~baos.baiM aUtjM jtf~W~BtM A~~RUtH et autres fonda de commerce, s’adresser, 50, rue Da.uphine, P~ris, H. Gantier (ancien notaire). Renseignements gratuits et avances aux acquer".

BE HtSTOtREL’ART CMTE !MM !N FOND~ NJL831 E

AB~MI~EJ~E~TTS

PAMa un an, 50 fr. Six mois, 25 fr. Six mois, 89 fr. D�PARTEMENTS un a.n, 58 fr. ETRANGER :66 fr. ; voie anglaise, 68 fr. Edition sur papier de HoUande, 25 exemplaires avec gravures avant la lettre, 100 fr. BUREAUX

MIELLE OEREPOm M�SSE SOCI�T�ANONYME GAMTAI. 30 MILLIONS 46 46, me dee Petita-Champs, 6oM !eeaf~ SatM !-< ?cfMa<M SMCCMrtc !e

iC, rme de i~ Grange-Bateli�re PARIS

Les abonn�s de l’~<t~ re�oivent gratuitement le .BM~e !tM hebdomadatre de ~~f<t~<e

M L� mm PMPMT� D AHCtBNNB DEPEKDAKCE ES HOP !TACX :Ni~M Je Tende chaque anc�e directement les vina de aux membres dp mon domaine de la Minerve cierge. Mes vins sont toue r�colt�s sur mon domaine et partent avec leurs certificats d’origine. Ha sont purs do tout m�tango et peuvent �tre pour oSrir le saint sacrifice. employ�sHxe jamais le d�lai pour le paiement et Je ne <onne la j’acutt6 de me renvoyer le vin a’il �taU tIMr� en route. me9 vins co�tent N’ayant pas d’interm�diatro, mainp cher que tous autres. Toute Je donne du reste la iacult� suivante comme moi, fera partie, soit d’un qui, eerole catholique ou des associations cathotiques personne ou sera abonn�e au Bn !!e<M de religieuses, {’U/M<Mt,on ennn abonn�e � ce journal, aura droit a 6 0/0 de rabais sur une bordelaise de vin de 225 litres. Je vends, vins rdugea extra, 1SOfrancs les 8Z6 titres logas vin blanc sec, 180 francs tes S25 litres log�s malvoisie, vin do dessert exquis, dix uns d’0.p ;e, couleur dor�o, 280 francs l’hectolitre toge, toujours pris en gare de d�part. J. VtSon DUCROSDE SAtNT-GrERMAtK, a’tt <<ontNMede !� Minerve, ~opr~<<ttre & MoussAM (Aude). t ?< a~F~exce]IentVINdetaMedep<Sf%< ? ~,l,yLM EJVine Sne, gerantienaturals~ L Vins ftnB. ga ractis naturels sgi ~J maMOKde c<M !/�fM :e a Bo ?’J<B /’OM~e en .< MM <’tdt<MtF B&RAGNON, nprt ! 52. nu N.-D.-ft-i.omttt. F. E~ ! REPMDUCT !OM MO !~ JF ::stoMtetm~e S<MM JRfe�e �CRIRE <M !’rf !Mf<M’8fM ? 107, Boul. de S~Mtopol �UTu~fibTh M�d.d’arg.de la Soc. d’Encouragement de t’Ind~’Nat’ JS~XPJNJRJ~JVC~S JPUBLJaCES

F�TESDE PMUES

HERMANOSS ~CIBILS URUGUAY SALTO :REP.DEL

tnABt T~ssr

TjDHM EN E~AfN EH t3JUUtt !) MfAhM

C�f�momiea taenttune mmaeea, reMgiemeea visite s&imte, etc., etc. ta~ pehd&nt <tet) patiaia~ Points prtMCt’paM.K Kt’e~ Bayonne (BiarBurritz), Hendaye (Fontarabie), Saint-S�bastien, M�dina del Campo, Escurial, goa, Valladolid, Madrid A cette ocoasinn, la des chemins de fer d’Orl�ans, d’accord Compagnie Compagnies du avec les Midi de France et du Nora de l’Espagne, deUvrera, du 15 au 25 mars inclusivement, des billets de en voitures de premi�re classe, Paris � Madrid, de 200 francs, aller et rotuur compris, avec facult� au prix d’arr�t, en France � Bordeaux, � Bayonne et � H’ ndaye en Espagne, � tous les points du billets seront valables pendant ZOjours, parcours. A Ces partir de la date d’�mission. ~ !TT~B~F~a~S ?Mpidcdesmahd.SMrJ !t.Conm)f.2f* u’EMANUEL, a~a s’ MH~aaBs(M"9’<'tp’corr.) U M &S&&&M F ’~At 25 ans de Brat.t’~ r. Gmt~s, aftf,

Ce produit donne &la minute avec nne Btmple ttddi�on d’ean bdttlUante tm oonBomm� exquia tty’M't tpntM tM quaUt6* du meineur pot au ton. O�POT t 7, B� BENA !N ET CHEZ7’OM~.K ~P<C)ERSM~ Of MMESnSf.M

f<B~

i~Ba

DE DE M DE~iNE PERLESSULFATE

(~J

Le report est un pr�t A court terme sur titres. La. Caisse Mutuelle conserva en d�p�t tes titr�e report�s, comme garantie. Les op�rations de report se liquident � ta Bourse tous les quinze Cont.l.l04m.39.Rev.br.8,734fr.tO.M.�pr.llO.OOOfr. A ABJ" s’une ench., ch.des not., le 3 avnt 1883, midi. tours ou tous les mois. S’ad.a M’Lamontagne,n",r.Th�r�se,81,d.do t’ench. Les reporta n’ont �t� ~jusqu’� pr�sont abordables que pour les gros capitaux. s’une ench., ch.des not de f~M i t~f La Caisse Mutuelle de Reports a pour but sp�i t~ ton, E AUJ Paris, le 17 avril 1883, des 1’ UUNAJUliij cial de grouper les petits capitaux pour les faire arr. de Vend�me (Loir-etOXOU�, jp ftn i pronter des b�n�fices de reports. ITEAU de Les d�p�ts peuvent �tre de 500 francs. tX tjHAl Ch’),comp’chat’eau,foss�s,parc,riv", C"747h. env. d’un seul bois, fumies, pr�s et 9 FEKME :. Int�r�t net boniH� aux d�posants c"" de Std’ESPEKSEt)t)M, tenant.M.�pr. H7~DMf 4 19 0/0 l’an. 1883, f�vrier, 1" quinzaine. 650,000 fr.� 2’ F j~Ritti’j Peravy, Epreux, Outar2’ 4 08 0/0 l’an. arr.dePithi ?iers ville,c"’d'0utarville, (Loiret). 0" Moyenne du mois 4 il 0/0. 235h.env.Ba.it j’)sq.l900.B.act.l7,150.M.�p.3M),000. 3 90 0/0 l’an 1883, mars, 1" quinzaine. de BBt)[.ET.c’"deNotre-Dame-du-Thil.pr. Les fonds doivent �tre d�pos�s avant le 1" ou S* f)))*TE4U �pr.40,000’. ti Beauvats(Oise).Pitoesdeterre.M de Songeons, arr. 0" le 16 de chaque mois et aont & la disposition des ft’D MP do MAftTXtMOXT. ’t* r fJMim~ do Beau vais. C" 117 h.env. Fermageo d�posants le surlendemain du r�glement ofBciel de chaque liquidation. et diverses Msanoef. M. a pr. 200,000 fr. j0,450fr jDctKOEMf~ef ? !0<tce ~Mf !M Op~ft :<tO)Mt !e ~0 S’ad.s’les lieux ; et, �Paris,�M.Debard,4t,r. Jacob, et aux not. M" du Housset. 48, r.Jacob. et Rigault, CatMe MM<M~e ~e .Report, J) !f6c<to~ 4<~ visiter. b’* S�bMtopol, 31, d�p.de l’ench., p’ permitt rMg ~VeMee-~M-.Pe<CA< !Mp~ J’a~M. S B S jS T ! *)_M � ! Pr6otd cl�ture Prem. cour*

BOBS�~MMB~ SLWw S& tSy~~Sa’�~ Ean tmi~nioale, �minemment raoonstitnanto. aNaiNiM. tnhctt d�bite !et persoanM An�mie, lymR~<n6r< d D phttiMtt.titecttMt e h pernetdet witt retphtto !rei. iab�te, et MtrMiBtermitttntM. ~oMfitM (if<T’ ;rM rott~to-t. potif

DU Dr CLERTAN MnfMnttMt ! hacuM <tMMttttjyfamntMde Sulc fate de Quinine < :h)m !<p<etn<~tptM’, de/o&rtcahon /ronpa :M et pr~C[r< !MtMtuant �n pfOc~<M de a~prouo~ par f~lcadenne f !e <nMeo !’Ke Paris. Le precMMajmMtcctment <ttfetoppe 90tt< �n< coucte troMparente de pomme !t<cree e ! <fe< soh<Meagit raptdement. f-e ! PERLES DE SULFATE DE QUININE �’a~ent comM dMpl�tes et �on ! i<ttsserttt(C�M ao�t. C/M9M< dt< prta : de etn9 /r<t~M, ren/ermt tre~tf / !ocott, peWe~ ou troM cMMtme� de C Mi/ate de gMMMe. otMenMt- (’et&<~ (ton pof/<ttfe. Comme saron."<’ X) ~ie~B ? <M,exiger !a tt~natufe et B�tail dans t* plupart de< Phttrmaotet. FtBMCATION KTTmrrBENatt09 ,~B~ t9,ruc Jacob, FAJ’MS ($ j fARJS,

f~APt ?TTtf’<S~�f~QT’ntt !’ (jsu.~hM i M Mjr~ L’Aa S M MM BRONCHITES. T’"les ph., 8 ir. la. boita. OPPRESSIONS,

Rem�de souverain pour ta. gu�rison rapide deo <rr[tc[< de pot<r[~c, des r/tttntM, yH<ttta ? <’porpe, ~ dott~Kf~ ExiKIe nom’WLINSI. r/mrKcttMmM.

~POUX DE PRINCE REINEVICTORIA M~O/jRjE~ etc., extraits de l’ouvrage de sir TH. MARTIN D’apr�s leurs Z~TTTM.’S,~4~ PARA.CRAVEM E p~ent & E. p~oM c’ 1 c 1 imprim.-�dit.,ptri<. b lO.rutGManei�re.io Daux eaux volumesm-8�, avec portraits. Prix 16 francsyratMo. Dem. court 3 g � j MntKC BUUHM S ) N)_)_ tttf B4tt)t MU fAJH9 JPrtotd olOturt Dera court �

LE

t S B

MMH’ itwUMi ! )a_)

M BtBM ? fAnU

PrtotA

Prmt.JDem.

MjH}<

ctMuM Murtiecurt

PROGRAMME

DES 17

SPECTACLES MARS 1883

6 M 60 M M 81 10 .3 M e !< 723 76717 60 720 j~ycnSO/O~Mmb.�ttM 11S6 1 :00 76 ! ~mDuotttjMt.<, 0/C.OM 366.. 8H6 .2M ! 369.. "72 MS5 �mvier-juinet. 72376 72126 721 ? M :: 67 3 M Lyoc !856. 26 307 60306 360 M 360 M 10 .1 S6 MWBAto. M <6 ep ?6 I. 16 a 0/0 tmorttattM<M3 Lyon (fusion). c t 62 :60 520 61760 617 W .60. 60 36060 361.. M 10 M3t .6..ttoMDB !aapAONE..opt 52e 50 6 :0. MM SI E5 68 10 82 85 .6 86D6(Il S61 ponD Dr ; LaernaNa., 1866. ~’10 : 3 mt76*M..M an 76 aaa,< itLyon 1866�..<<o 10 345 60 3SO 110 60 MRTucAts. M.. 110.. Nord-Est o&< 665 65376 665.. 4M. M1 y~/O~~cS 565 566.. 555.. 975. ,.6<).XO/0.cp< janvier. tiq Or !�MB<0/0 ;r.TMt61’<0 ;,U4875 36260 4M.. 476. 36350 11�O 116 M 115 30 .5 cpt 480 39/0. . ? E 0/0 ~ept ,AaossB. 205 MO.. MO.. 4. ~gjj 357.. 361.. 1154 :S..lMMANCEHK&o.ep< ~and-Centrat. ~H 650 560.. 660.. Orl�ans ACh�tont ~OS.. 606.. 608.9mTnM.ETMAO.o~N.opt .oSue.BOMtsOB.< !M ’M MO M5 605 :60 600 606 BooKaDUMARSEn.LB. pt 6M60 c l"�mtssion. nMv’eM M5 476 470 470 146 619 M8.6 tt< Au.cMtrrrna. cpt ~’�mission. Bo !ftBB !.M.fd�t)art1<)Ct :M~ t075 109D 16 n$ BCA116AUr.< ept 1075 ~5 :0 :3uoaEb 1860.0 llb5 ~"i6 :? :=~p !~5 85 .n250 : 3 0/0, r.~ 957 E5 ~8b7 mIZ Da AtAAagICH,ti. Cpt 750 D/D.< ~18�~D 1ES,. 1E125t :A~476 ::475 : 5)0 510.. 4M "� 61 !M,_ 6 M C.g�n&r.fran�.T~mw. .30.A !taMBS ?<~OB.0..6MO..M50.2M.c-MAmtL~B(Gaz).,cpt t~760 l6t tAB BBM)S. cpt 645 Tramways-Sud, Parit. NQ MOO 6330 5MO <ar’ier-i�i !fe<’ i460 340 340 e’e&N~ALSMetMX ~0 cpt 1450 MM Picardie.t Ftandre. 1 iM~s~S�M r 1 oH ’MO 26t 1340 13M M EACX. C. Franco-Alg�rienne’ : 4M ~S~~ANM~ 2b9 260 � 705 .1 705 133760 .6 MMSAeSMMXM.MT.. c’pt 710 289 6 Lombardes. tetton~ Ofr o tis 1342601310 M" 60 ?3 �9.t 6"’ 9MH :aos. 1460 1400 t3M cpt aouveMea M J~oD’AMtM~ 10 700 3M 60 710 7)0 363 cpt ~hcMms. ~o :?MM M M !H’ M~ KBfr~~ M SO.. M 430.. 4 :6.. 430.M~KOM.ct, : nouveaux : s~’MfALo&RMtf’eS M.60 37060370.. 300 !CO a’~tt.mtTRAUW. cp’. 300 Mo 460 iStdajox.obLhypot.t ! M5 aot SOOfr 1�S& c. 32760 327 M � 96760 H6.MAMWAt�-euD.cpt 96760 M .Cordoue-S�vUle. ~~MMaoMB-oiBB~aooS’S~ 26 ATm.mKSZAtM-MNM cpt Ml 86 260 26125 260.. :60 260.50. 60 347 ’76 .1 Priorit� Norddei’Esn. 347 60 Hq Mt SioS Iib6r’ 332 6D 332 501 1D30 10�0 � -& revenu Warinbta 832 M S92 60 S ~.p<M !o.< :MABiM. aoU.3�aHto.�a~.T..zagas� vevonu variaNt io ::aANCUSEE ?A<M""adtO�0..1030..10 :0.. ID~p 10 BANCaE BE PAgIa>o~ Z6 26 26 MO t Sr�dK Mobi !i~ aspa~. 24C 1030 10Z760 10 !; &GYPTE.&9Cf.,t.p. ept !~S’ .6 1 278 75 272 M 60 336 60 33t 4t6 60 4t5 .7 60 ~MM. SNT~. cpt 280 417 BA~A.~H~ Portu~ 880.. 890.. 8B0 196.. 195.. iEO.10..yopan~AI,cASr�oa.no<<xpt lBalr~.lsBte~<�"� ant.500fr.,260&.p.ll 226 225.. 223 75 .Romaine. 7t0.1 26 ti~G.t.~mAK.-MMopt ~ :c-~DtTt-<nuMTt !m,~9~ 3t0 3)2 880 60 .1 670 665 830 316 196 60 3)5 60 M 60 c~ee. MpmKAt. . KO~b. ow fM~o.. cpt 890 t ept 3 ;6 cX&MT SoKMAM Pampehme&SaragoMe <Be !rs-A !t~c ’95 act. 500fr..MO&.p. eS 420 :ht ’ !65 )830 327 26 1M5 327 567 60 6M M8 75 16 f~Masm !. Mv. cp : 1830 26 Saragosse. � Z6 ~tSOOfrNOfr~ Me 415 410 51t 5H 384 .6 ~KHNTBMM. 415 386 n.PanBtenM duGM.. ’6 aB&DKMOBn.Kf <~ 3SO

DU SAMEDI

6026060260 6)4 ; St) !76. 389 3SO gS~6a~Tt9M 330.4 .C’MadrUAne(GM). Bordeaux. Ss~ de .0 !<otN.(Soo’a6n~ hotiv.MOir.t. 6)0 450 460 !50.GMdeGand. ’~SOOfrl26fro. !N M4 570 .1 M6 670 SOMft.t�ffU.SeiM.oH.C M5 3MM 36260 675 ’5 Eaux(C’gcn�r~dea). aou !�T&o6’N�KA~a.aB ! 502.. 50260 50260 .l.-Omnioua.f. 60 5t0.- �. 609..�. 66626 56626 ..6C.g~865-6<),SO/G,&6eOfr. 2b 376 actroOf~ ! !50<r.~Hq 13 570. 5t6 .CompM.tmmobmM.. 6<8.. 6t8.. 9-. 53t36 5 635.. 63260. gt :866,40/0,remb.&SOOfr E *l26 6 BAt~UBB’EtooMfT~s :~ 2 .2 50 TirtBMa&ntiOM. ’0"6250 46250 460.. 39276 60 3M60 39 :60 402- .2 40376 40t. 535. : 635.. 680.26. 6SO- 680 540.175~t869, !t/0,ramb.�40f)fr. ~ !87 !~0/0~smb.&~0f,(’ B~TB~oode)M~op ! 5 M cBSrrG&N�B.apt Mt500M25&p : ? 120. 122 120.. ~/Aliitii ~iMr� 39260 4M.ditoquarta,80/0.r.� !0. 39260 7 517 6D6t660 517 61760 5 !5 60 617 li 39i 39~ 39875 398 75.B< 898 7~ 898 75 .� fi0~h816~0/0,Mmb.�MOn-. .8 75 375’ : act600MM~.p :Hq p. act. SOO lv.,125 tr. 60 ~187 :<,4e/0,remb.&M9fiO 5t4 60 ~1fi75,40J0 ;vamb.�600Pr~ 5t5 5t6 MKMTMB ams. 990 990 :85 285 ?5 too~T&ttNAKH&M’ : awB g~ MUS�EGR�ViN ~S 8) ! w t 8~ ! !65 !1 : 365 H2 AmienB. Mars9iheM77, !0/6.r.a~. 112 365 25 37 60 Mo !�Tt otvn.K <MS.. l’i50 )fox)BATEUK 3887 PAKAMA. 3926 n76 60 <totSOO& NO&.cf :m 690 *2 60 BANQ tttAt<oo-tai !TT. eat 292 60 603 76 692 50 101 lui !0t MO 690 Bordeaux. MMtM.’MM’.BANqttBMf 5., Mt 500<r. S60&n. H< ! 695 6 hamioV�Ufd. A~, �L~ M ! 60 10360 10360. I !W ;OEM !l !! M~MttMMtrtC’e', 3 :0 3 :5.. !S5.MU9l86a. t" sjmaaBt&Attoo-n’A~ aMKNKB~’ms~tMij ~r�I !S��r�’� ; ! ?. .5 602.. 60 ! 50 60 ! 60 �1S68. .60. M7BO Mt.SOO&SSO&.p.Me 88 S7 76 ? 620 625 . ?@sa� 6ZO &yon M.60. ’I MS~ag~e eB~~M~itein~N) ttt ’,I-SB. 45 60 46 85 Ronb~ix. 45 Z6 62 : M 623 76 625 2 60 ~EeE~O&B ~eraaU !ae. 600 �~ 1 : M/Coe’MMMB&s.a !~ 74769 7M60 750 10243 102 3t EXMSm~ ? M mE CONSYANNEM RENOUVEL�S ttAHoMe~MA~ < :? .6 6 606.. 606.. 606.25 i8 1 heurt. 16 :43 MZ18 ~t~Tst~ 85 75t25. ..aA~u<CM’oMAM !<~ ,’SSe&. 40~ M~ 11560 11426 11426..30 MM) !<4 !i0 Entr�e 3 francs. Le dima-nche 370. � 36 :6t 355.126. .&tMatMa :S~(or)sp~ i franc. Les enfants ’i5"TuMBL~AS�~ p&lent moiti� prix. 632 60 632 60 632 60 .1 40 ch. Sx. S.58 Rc M 95 84 35 366 26 !65 362 60 J.6<M & mtg. 3 76 ~)5~" 11375 11375. ?rT.(’tst.umf.)e~ 76 �> 114.. S78.. 378.. 607 60 606. 2MBA~~oT~S~�aa 606 .MS !il~< 609.. 606.. 6M.2 OM.oh.d9fsre& <9260 49460 .ZMBA~.MMTBMAm~~ gb90&.(186M4<9. 446 446 445 478 76 E !C !omsma.S~C,~M9f. Bomam. hyp. spt B~WBT~aA~M< 445 .4 44 ; 446 15 108.. M4.. 104. 15 M~< !NK(ext (i2)5 62 ..g~ 3/O~cpt .t.~WBTBAtt~AT~ANT~ 6CO. 605.. 50060. 6312 12 ~’AaMM~S&�m~ 60.CQmmmi,tO/<H87 ! janv-ju~Sq 33660 339 M860 Haf�r. S’/O).. <s~ t2Z5 &~ 430 430 : �5.2 �~onc. 187796/9. H" ~~�T~A~rrSM’~ 435 440. SgCoB !m !B !.30/8M76. ouBA,60/01878,oM op~ 60 ! 60 Ba 435 ~ ?~&’<bAr&M B" 435.. 435.. 4 !250.A< :ARt9,obt.MOff,spt 61760 49376 496.. 492 60 60g< <. eoutpay�. i :6c’~t.MfAWAMA ~&St.&A� ~ft !r~m)f~~)i~R~<Mt !T~Cf,fH f~irMltima<L �TATS-UNIS4 9/9.. <cpt 125 6 : 497 60 " :FM,C !�MS � $/� S7S. 431 431 60 43t 496 26 495 M ~B0 ?!r~50& a Ho 244 :502440 434.. 43 ! 433.tCJ !TAUBM60/0.op ! 89 t0 S9 2475.t.. i S MS""E~t.&EaXM ~’cS Scutcay�. ~B~@~~J~X~S~ 4S5.. 437 76 440 .17. 8922 8940 !S&saiS3&.�8/Ci8S~ S7~ ~M !5.5 ::4S2506. ~r-jmllet.< ; pKff~p ~p)f)~ a ~}B i~ 5 :760 5S760 .1 o~�t VKTOK-BMK. 2 !3 2S2 62750 t270.. 1266.. 1270 &Bm :Me~c<tpa ?t’f :t& cpt B&L�~ATMM Sp�cialit� pour Trousseaux jL� 6t0 61260 6126t). ?.60/0(or)~t fiD 77260 t03. 770.. 770.. p Mme .tuu Rue OORNEtt-t-E, 99, de BeUectm*M :250’SS ;M~A~MO :~< . !M.At~�SOOfr. 134 Mmc.&lMfr. 13360 t34 60 PARIB g. ch SxeB.&C ttq snafr 200& 0 Mm 770 Il.. lie� MO.. 6CO.. 69876 76 ~di 957 3576060360.. .� 367M !.t.RouMAiNM763pi S60 967 5s .I �93 "rA.aouasraN 1~7b api 9i 9160 6~9260 600 598 .g~i~BCte-tWwe. eopo��vrtaneo..<, "t~BONE~mt.MAaMOymX ,1 25 Aona�oaal,sta,a.b008o cd~ fi0D 8637 8637 60 5..StMs~ 8/0. 66876665.. 9 9 9. ,< cS OHARMTM 66375.&/esiE60/OK6~ep4 1870,50/0.ep ! 8560 8675 36 !25. ""125S~St72t25725 720.<a/e !880. Bon* trtnteneireB~uM.. 13 ! 7912 13460 7~ t875 ;4 :0/~ei’t .sa .K.)~op< 13450. 91 ~8 88~ 8660 87.. 87 .75. -M77,50/0,ob’ spt 9175 KO.. 6M.60.Suez,&OMdeMupoaa. mauvaise digestion, gastrites, 665 giairea, 8atus, vessie, roma, muqueuse, cerveau et sang. 36 t"ALaSS~ de 600 fr. i !q Soce-GuehM. 34 !! 340 3t0 8e 75 n~ tMO 1680 )0 ans d’un inva.ria.ble auoc�s et ourea, y compris acidit�s, pituites, pnlegmes, naus�es, Mgreurs, EHbbLUHE~ r3 2 ! !3 .1 M.aMM~a/’)K67 op~ !t92 60 393 60 5M SiMM~Se/S. L590 tt80 t 0 m~novembr~J renvois, vomissements, m�me en grossesse ; coceUe de S. S. feu !e pape Pie IX, de Mme ta du468 475 enlev�es radicalemost mo 1HO .105 29 .7 TCMS !M !50/0. oM. cpt Boas. par le 6 Mm~ )~ migraine, oppression, congestion, n�vralgie, chesse de CMteietua.rt. le duo de Piuskow, lord lique, U 12.. HO. 680.. 6SO.. 580.<.j-.16WUBQumSO/0.spt im [110. H’O.. jMvisr-iuiUet :&) B<SB9~Mm !teM&. n90 90 SMa.rt de Deoies, pa.ir Ea< !0/a. 3S860 :’860 60 360. ~Bvter-juatet.hq Is� n�vrose, dartres, �ruptions, insomnies, faiblesse, M. le D’ t [865..186 ;185S.160. ttOMoN ""t0 SZ6 3 :5.sa. 6t69 62.. MO 1860.. 8M.Eat-A !~riM~8/9~.&S !a _~OM..MT.186ecp~ chlorose, d’Angleterre rhumatisme, goutte, tous prof. D�d�. Elle est eg&Iement h meiUeur a.titnem< 16.. e’ ~~<~u !�et :�~ M. M<MM :t., �. m)PE t.AFFtt"t)E, fAniM S 869 cpt 363.. S62.. 369 50 .. ?. 6 ! 6226 tt�sordreadeta. paralyste, :65 M60.. 1 :60.60 � *iSuS ?~ y~<mMBt~ e@/~ wge.hateine, voix, des bronches, pour les enfanta desjeur n&iatanca. FiMom 3 (r.� Mapdtt-pox :e &. BOfpMCQ jjaa MO.. 250.. 2t0 <[ .87 ! 6776 68.. 76 cpt .�a ~70.t.�M~t-oetebrt" ..Z6. Nte �conomise 50 fois son prix en m�decine : En bo !tM :2t.26,<f.,7f.,6&tL36f.f~~tooontrebondep6et~ tt8 Z5 ?9 t5S 60 60 91 91 60 M < ’34 9150 )tNS~<S.�H !’ si ~Mi 6"`ztM.on~t^~e,oo.s M..M. 3MM.MNTBSa.�864 c`~, iY SSM~-o M. 94 DU BARRY tt C’, !MM<e< e. rue CMtizUoM. Ptrio. t66.. 96B ,0 M6.. 906 50 960 t6S 60 P~riout ehM les pttermtM. <Mt 790.. ,795 795.. ?0.60’RMtS~ 1i00 5D’~` ’S~I.~S� ~svo,.e..rr.weo 9118 790 �pieiero.

h. �/ Rel�che. Op�ra. 8 h. 14 Les Effront�s. Frangala. 8 h. La. Fl�te enOp�ra-Comique. chant�e. 8 h. Od�on. L’Acte de naissance Formosa. VaM�t�ft. 8 h. Chalet & vendre MM)’zelle Nitouche. 8 h. M. te Ministre. GyamaBe. 7 h. 3/4. Sa�t�. Le Roi des grecs. 8 h. 1/4. Antoine et Cieot’alaia-R.oyal. le Truc d’Arthur. p&tre S a, i, 8. ?6dort.. ~~adev !He. RcmaiBBanott, 8 h. Je ne sais quoi la Cigale 7 h. 3 4 BouSet-PMiBietM. Trois PierRue de Babylone les Mousquetaires au rots couvent. 7 h. S/4. Ch&telet. La Queue du chat. 7 h. L’4. fo�-ta-Sa�at-MMtia. Le Juit errant. 7 h. 1/2. L’As de treBo. AmMga. Th��tre des NaMema. 8 h. < La. Fille des Chiffonniers. h. Rel�che. Nonveaut�a. 7 h. 1/4. Le Cousin Follea-Dramatiquea. de Rosette la Princesse des Canaries. Oh&teac-d’Ea~. 7 h. S/4. Kl�bM. 8 h. Stenna-FlalBirs. Les Pommes d’or. Th��tre D�]azet. 8 h. *<. Une Componsation le Panaien. 8 h. 1/2. Le T�l�phone ; Ath�n�e-Comique. le Coucou. 8 h. 1/2. Excelsior (ballet) ; �I Eden-Th�&tre. cirque, concerts. 8 h. La Faute de M. Tabouret. Glony. e’aataiaiea-F’a~sienMs. 8 h. Lequel � Bouffea-du-Nord. 7 h. 3/4. L�ona.rd. 8 h. Tous ~s seirs, Sirque d’Hit-et’. exeroicas quastras tMi~. To :5n !M aou-t, 9’ &. Cirqca FaiB~Rda. spectacle tquesiM. CM~nra ac :HMU&. !oa ?e ?~e Hippedre�me. &u pr<r.tcmps. Rehs~t Hoadia. 8 b, 1/S. Toua Ie~ <o :rs, et ma.gia, physique ~animartF~. BM de ’nuit tat j~~it Blysee a~ tDm&Rcaes Mae~e &r�’ ?im (boDievard Montmartre, pMss.~ Prix d’aRMe : S fr. ; ~msReb~ a JouNroy).� 1 t’r. (Eafa.nte. rnoii’~ prix. ! ~tes,

Le Crand H&tel Beaa-S�jo�tr, le ptus v&ate et te mieux situ� de ta ville, se trouve � rentr�e du pare Beaumont et au centre du quartier aristocratique. Cet h�tel se recommande surtout par son sa situation incomparable et la magnificence du panorama. confort, Sur sa terrasse, splendidement situ�e au soleil et � la belle vue, sont �tablis divers Jeux. Lea magnifiques salons da l’h�tel, qui occupent. 36 m�tres de fac&de au midi, donnent de plain-piod sur ta.terrasse. Beaux appartements pour famille, grands et petits, avec uns vue embra.ss&nt toute !a. cha�ne des Pyr�n�es, les coteaux et la vall�e du Ga.ve. Le plus rapproch� du t�l�graphe et de la poste. Trois calorif�res chauffent l’h�tel. Boxes, �curies et remises confortables, communiquant &ves l’Mtel par un t�l�phone. Voitures de ’"xe.

BAUME SIB�RIEN B