Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 4, 1838.djvu/329

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Normande et l’autre Saxonne, et de plus, elles différaient d’opinion sur le temps de Pâques. Néanmoins ce ne fut qu’un léger vent qui dérangea la sérénité habituelle d’Éveline, car son union inespérée avec Damien termina les épreuves et les chagrins des fiancés.



fin des fiancés.