Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 4, 1838.djvu/15

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Mais ce n’est point ce dont il s’agit, messieurs ; afin d’abréger je n’entrerai pas dans la discussion de la thèse qui vient d’être soutenue ex cathedra, si je puis le dire. Je n’accuserai pas non plus notre digne président d’avoir tenté per ambages[1], et en prétextant un acte du parlement, d’obtenir sur nous une autorité despotique, incompatible avec notre liberté. Je dirai seulement que les temps sont bien changés ; l’année dernière vous eussiez pu vous procurer facilement un acte d’incorporation pour une compagnie d’actionnaires à l’effet de cribler des cendres, tandis que cette année il vous sera impossible d’en obtenir un pour recueillir des perles. Pourquoi alors passer le temps de la séance à s’informer si nous devons ou non frapper à une porte que nous savons être verrouillée et barrée pour nous et pour toutes les compagnies, pour le feu ou l’air, la terre ou l’eau, et que nous avons vues faillir depuis peu de temps ? »

Ici il y eut une clameur générale ; elle semblait être d’approbation, et au milieu du bruit on entendait distinctement ces mots : « Il est inutile d’y penser… Ce serait de l’argent perdu… La motion ne serait point adoptée par le comité, etc. » Mais, au-dessus du tumulte, les voix sonores de deux membres placés dans deux coins opposés de la salle se faisaient surtout entendre ; ils se répondaient l’un à l’autre clairement et distinctement, comme les coups des deux figures de l’horloge de Saint-Dunstan ; et quoique le président, en proie à la plus vive agitation, s’efforçât de leur imposer silence, son interruption ne produisait d’autre effet que de couper leurs mots en syllabes, ainsi qu’il suit :

Première voix. « Le lord chan… »

Seconde voix. « Lord Lau… »

Le président (à haute voix). « Scandalum magnum ! »

Première voix. « Le lord chancel… »

Seconde voix. « Le lord Lauder… »

Le président (encore plus haut). « Infraction au privilège. »

Première voix. « Le lord chancelier… »

Seconde voix. « Milord Lauderdale… »

Le président (criant de toutes ses forces). « Cité devant la chambre. »

Les deux voix ensemble. « Ne consentira jamais un tel bill. »

Un assentiment général sembla suivre cette dernière propo-

  1. Par ruses. a. m.