Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/482

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Et, à son tour, pressant sa fille de se retirer, il partit avec elle. Il la conduisit dans la maison du rabbin Nathan-Ben-Samuel, comme ils en étaient convenus ensemble.

Quoique le sort de la belle juive eût été le premier et le principal intérêt de cette journée, à peine la foule s’aperçut-elle de son départ. Tous les yeux étaient tournés vers le chevalier Noir, et le cri de « Vive Richard Cœur-de-Lion ! Mort aux templiers usurpateurs ! » était dans toutes les bouches.

« Malgré toute cette apparence de loyauté, » dit Ivanhoe au comte d’Essex, « le roi a pris une précaution fort sage en te gardant auprès de lui et en se faisant suivre de tes fidèles compagnons. »

Le comte sourit et secoua la tête. « Brave Ivanhoe, toi qui connais si bien notre maître, dit-il, peux-tu penser que ce soit lui qui ait pris cette précaution ? Je marchais sur York, ayant eu connaissance que le prince Jean y avait rassemblé le gros de ses partisans, lorsque je rencontrai le roi, qui, de même qu’un véritable chevalier errant, arrivait au galop pour terminer l’aventure du templier et de la juive par la seule force de son bras. Je l’accompagnai avec ma troupe, bien qu’il s’y opposât.

— Et que se passe-t-il à York, comte ? Les rebelles nous y attendent-ils ?

— Pas plus que la neige de décembre n’attend le soleil de juillet ; ils se sont dispersés : et qui pensez-vous qui nous apporta cette nouvelle ?… Ce fut Jean lui-même.

— Le traître ! l’ingrat ! l’insolent ! Richard l’a-t-il fait arrêter ?

— Il l’a reçu comme s’il l’eût rencontré à la suite d’une partie de chasse ; mais remarquant les regards d’indignation que nous jetions sur le prince : « Tu vois, mon frère, lui dit-il, que mes amis sont exaspérés : tu feras bien de te rendre auprès de notre mère. Porte-lui les témoignages de ma respectueuse affection, et reste auprès d’elle jusqu’à ce que les esprits soient un peu plus calmes. «

— Et c’est là tout ce qu’il lui a dit ? Il semble, en vérité, qu’il appelle la trahison par son excessive clémence !

— Oui, sans doute ; comme celui-là appelle la mort, qui se présente au combat avant que ses blessures soient guéries.

— La réplique est flatteuse ; cependant, comte, vous oubliez que je ne hasardais que ma vie, au lieu que Richard compromettait le bien-être de ses sujets.

— Ceux qui se montrent aussi insouciants à l’égard de leurs propres intérêts, font rarement attention à ceux des autres. Mais