Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/466

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« Sûrement, dit Athelstane, de tous les êtres qui vivent en ce bas monde, les femmes sont ceux à qui on doive le moins se fier : j’en excepte toutefois les abbés et les moines. Je veux être un païen, si je ne m’attendais pas à un remercîment de sa part, peut-être même à un baiser par dessus le marché. Sûrement ce maudit linceul est ensorcelé : tout le monde me fuit. C’est donc à vous que je m’adresse, noble roi Richard, vous offrant de nouveau foi et hommage, comme fidèle sujet… »

Mais le roi aussi avait disparu, et personne ne savait où il était allé. Enfin, on apprit qu’après être descendu en toute hâte dans la cour, il avait fait venir le juif qui avait parlé à Ivanhoe ; après un court entretien avec cet homme, il s’était fait amener son cheval, avait sauté en selle après avoir forcé le juif à monter sur un autre, et était parti d’un train qui faisait dire à Wamba qu’il ne donnerait pas un sou de la peau du vieux juif.

« Par tout ce qu’il y a de plus saint ! dit Athelstane, il n’est pas possible de douter que Zernebock ne se soit emparé de mon château pendant mon absence. Je reviens enveloppé d’un linceul, gage de la victoire que j’ai remportée sur le tombeau, et tous ceux à qui je m’adresse disparaissent au seul son de ma voix. Mais tout ce que je dirais ne servirait de rien. Allons, mes amis, vous tous qui êtes autour de moi, hâtez-vous de me suivre à la salle de banquet, de crainte qu’il ne vous prenne aussi envie de disparaître. J’espère que nous trouverons encore le buffet assez bien garni, comme il convient qu’il le soit pour les obsèques d’un noble saxon. Mais, je vous prie, ne tardons pas, car qui sait si le diable ne viendrait pas aussi enlever notre souper ? »


CHAPITRE XLIII.


Puissent les crimes de Mowbray peser tellement sur son cœur, que, pour se débarrasser d’un tel poids, son coursier fougueux jette le cavalier, la tête la première, sur l’arène, comme un lâche poltron.
Shakspeare, Richard II.


Transportons-nous maintenant à Templestowe, ou, pour mieux dire, dans le clos situé hors des murs de la commanderie. L’heure