Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/457

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


primande de matrones plus graves ; et quelques autres semblaient plus attentives à examiner si leurs guirlandes de deuil leur siéraient bien qu’à réfléchir sur cette pompe funéraire. Enfin, s’il faut dire toute la vérité, l’apparition de deux étrangers causa des distractions à ces belles Saxonnes, qui jetèrent sur eux plus d’une œillade à la dérobée. Lady Rowena, trop fière pour être vaine, les salua d’un air imposant et gracieux à la fois. Sa physionomie était sérieuse sans annoncer l’abattement ; mais l’on peut supposer que si la jeune Saxonne éprouvait une tristesse réelle, l’incertitude où elle était sur le destin d’Ivanhoe n’y avait pas moins de part que la mort d’Athelstane.

Cedric, dont l’esprit n’était pas toujours bien clairvoyant, crut lire sur la figure de sa pupille un chagrin plus grand que sur celle de ses autres compagnes, et il jugea convenable d’en expliquer la cause aux deux étrangers, en leur disant que sa main avait été promise au noble Athelstane. Il est probable qu’une pareille confidence n’augmenta que bien peu les dispositions de Wilfrid à s’unir de cœur à l’affliction générale.

Ayant ainsi introduit ses hôtes dans les divers appartements où l’on s’occupait des obsèques d’Athelstane, Cedric les conduisit dans une salle destinée, comme il leur dit, aux personnes de distinction qui assisteraient aux funérailles, et qui n’ayant eu que de légères liaisons avec le défunt, ne pouvaient naturellement manifester le même regret que ses parents et ses amis. Il les assura qu’on ne les laisserait manquer de rien, et il était au moment de se retirer quand le chevalier Noir le retint par la main.

« Je désire vous rappeler, noble thane, lui dit-il, qu’en nous séparant, il y a peu de jours, vous m’avez promis de m’accorder une faveur en reconnaissance du service que j’avais eu l’avantage de vous rendre.

— Il est accordé d’avance, noble chevalier, répondit Cedric ; quoique, dans un moment si triste…

— J’y ai pensé aussi ; mais le temps presse, et l’occasion ne me semble pas si mal choisie qu’on pourrait le croire… car en fermant la tombe du noble Athelstane, nous devrions y déposer certains préjugés, certaines opinions…

— Sire chevalier au cadenas, » répondit Cedric en rougissant et en interrompant à son tour le monarque, « je me flatte que le don que vous avez à réclamer de moi vous regarde personnellement, et personne autre. Quant à ce qui concerne