Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 12, 1838.djvu/423

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ma mort prématurée. Votre esprit était capable de grandes choses ; mais c’est le jardin du paresseux, et l’ivraie s’y est mise pour étouffer le bon grain.

— Oui, Rébecca, je suis fier, indomptable ; mais c’est ce qui m’a élevé au dessus des esprits vulgaires, des bigots et des lâches qui m’entourent. Je fus dès ma première jeunesse un enfant de la guerre, audacieux dans mes vues, ferme et invariable dans leur exécution : tel je serai toujours ; impérieux, inébranlable, et rien ne pourrait me faire dévier de ma route. L’univers en aura la preuve ; mais tu me pardonnes, Rébecca ? est-il vrai que tu me pardonnes ?

— Aussi volontiers que jamais victime pardonna à son bourreau.

— Adieu donc ! » dit le templier ; et il se précipita hors de l’appartement.

Le commandeur Albert de Malvoisin attendait avec impatience dans une chambre contiguë le retour de Bois-Guilbert.

« Tu as tardé bien long-temps, lui dit-il ; j’étais comme étendu sur des charbons ardents, par le désir que j’éprouvais de te revoir. Que serait-il arrivé si le grand-maître ou Conrad son espion fussent venus ici ? j’aurais payé cher ma complaisance. Mais qu’as-tu donc, frère, tes pas sont chancelants, ton front est aussi sombre que la nuit[1]. Qu’as-tu donc, Bois-Guilbert ?

— Je suis, répondit le templier, comme le misérable condamné à mourir sous une heure. Non, par la sainte hostie ! je suis encore plus mal, car il en est qui, dans une telle situation, quittent la vie aussi facilement qu’un vieil habit. Par le ciel ! Malvoisin, cette jeune fille m’a désarmé et a détruit ma résolution. Je suis presque tenté d’aller trouver le grand-maître, et de lui déclarer à sa barbe que j’abjure l’ordre, et que je refuse de jouer le rôle barbare que sa tyrannie m’a imposé.

— Tu es fou ; c’est vouloir compléter ta ruine, sans pour cela conserver une seule chance de sauver cette juive que tu parais tant chérir. Beaumanoir nommera un autre champion pour soutenir à ta place la justice de son jugement, et l’accusée ne périra pas moins que si tu eusses rempli le triste devoir qu’il t’impose.

— Cela est faux, répliqua Bois-Guilbert ; je prendrai moi-même les armes pour la défendre : et si je le fais, Malvoisin, je pense que tu ne connais pas un seul des chevaliers de notre ordre qui puisse se tenir en selle devant la pointe de ma lance.

  1. Thy brow is as black as night : image vraiment ossianique. a. m.